Cinéma au Luxembourg: La gestion du Film Fund fait tiquer

Publié

Cinéma au LuxembourgLa gestion du Film Fund fait tiquer

LUXEMBOURG – Un rapport de la Cour des comptes, présenté lundi aux députés, pointe une gestion parfois peu transparente.

par
Joseph Gaulier

DPA

«Les reproches ne sont pas anodins», résume la députée Diane Adehm, présidente de la commission Contrôle de l’exécution budgétaire, après que la Cour des comptes a présenté lundi son rapport sur le Film Fund (de son vrai nom Fonds national de soutien à la production audiovisuelle) dans sa commission. Le document «constate une place prééminente du directeur au niveau de la gestion du Fonds», alors que les pouvoirs du conseil d’administration sont réduits.

Ce dernier peut en effet «engager seul des contrats jusqu'à 30 millions d'euros», au sein d’une institution dont le budget de 2020 s’est établi à 41 millions d’euros, rapporte Diane Adehm à l’issue de la réunion de lundi. «Il faut revoir cela, introduire plus de contre-pouvoir», selon la députée. Une réforme de la loi de 2014 qui sur le Film Fund est envisagée.

Un contrat avec un consultant externe, pour 500 000 euros sur plusieurs années, sans appel d’offres, a aussi suscité des critiques. De plus, les critères pour percevoir les aides sélectives «ne seraient pas bien définis par la loi». Pour remédier aux critiques, la Cour des comptes prône «un contrôle récurrent», à la manière de ce qui se fait pour d’autres institutions. «Cette façon de procéder renforcerait le contrôle parlementaire», argumente l’instance. Elle note aussi que certaines choses ont déjà été redressées pendant l’audit.

Guy Daleiden, actuel directeur du Film Fund.

Guy Daleiden, actuel directeur du Film Fund.

Editpress
4 commentaires