Cinéma: La gifle de Will Smith fait de l'ombre à son film

Publié

CinémaLa gifle de Will Smith fait de l'ombre à son film

«Emancipation» s'est vu accoler une étiquette inattendue: il s'agit du premier film de Will Smith depuis sa gifle aux Oscars.

US actor Will Smith poses upon arrival for the European premiere of "Emancipation" at the Vue West End in London on December 2, 2022. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)

AFP

Ce devait être un film poignant sur la fuite d'un esclave à travers les marais de Louisiane, mais avant sa sortie, «Emancipation» s'est vu accoler une étiquette inattendue: il s'agit du premier film de Will Smith depuis sa gifle aux Oscars. Ce qui inquiète son réalisateur, Antoine Fuqua.

Les professionnels de Hollywood misaient plutôt sur un report à cause du scandale, mais Apple, qui produit le long-métrage, a décidé de le sortir ce week-end sur les écrans américains, malgré les craintes d'un possible boycott du public. «Je suis très inquiet à ce sujet», confie à l'AFP M. Fuqua, qui espère que le message de son film ne va pas être englouti par le parfum de soufre entourant son acteur principal. «J'espère que nous avons assez de compassion (...) pour au moins aller voir le travail qu'il a fourni, car son travail dans le film est extraordinaire», ajoute le réalisateur.

Avant de choquer le monde entier en giflant sur la scène des Oscars l'humoriste Chris Rock, à cause d'une blague douteuse concernant la perte de cheveux de sa femme, Will Smith a conquis Hollywood depuis les années 1990 et «a été un homme bien, devant nous tous, pendant 37 ans», rappelle le cinéaste.

«Emancipation» s'inspire de l'histoire de «Whipped Peter», ou «Peter le fouetté», un esclave noir passé à la postérité pour le traitement barbare que lui ont infligé ses maîtres, avant qu'il ne s'échappe d'une plantation de coton pendant la guerre de Sécession américaine. Les photos de son dos, complètement lacéré par les coups de fouet, sont restées dans l'histoire comme une preuve indélébile de la brutalité de l'esclavage. Will Smith incarne ce personnage s'échappant des griffes de maîtres cruels, et dont Antoine Fuqua imagine la fuite à travers les marais poisseux de Louisiane, remplis d'alligators, de serpents et d'autres dangers.

(AFP)

Ton opinion

9 commentaires