Transport au Luxembourg – La gratuité en mars 2020, la 1re classe maintenue

Publié

Transport au LuxembourgLa gratuité en mars 2020, la 1re classe maintenue

LUXEMBOURG – Le ministre de la Mobilité, François Bausch, a livré, lundi, quelques détails sur la gratuité des transports publics au Luxembourg.

Le ministre de la Mobilité François Bausch a présenté ce lundi matin une partie de son plan sur la gratuité des transports publics au Luxembourg.

Le ministre de la Mobilité François Bausch a présenté ce lundi matin une partie de son plan sur la gratuité des transports publics au Luxembourg.

Editpress/François Aussems

La gratuité des transports se précise. Elle «sera effective le 1er mars 2020», a indiqué lundi, le ministre de la Mobilité, François Bausch (Déi Gréng), confirmant le calendrier jusqu'à présent avancé, qui tablait sur le premier semestre de l'année prochaine. La mesure, qui coûtera 41 millions d'euros par an aux finances publiques, financés par l'impôt, concernera les réseaux CFL, Luxtram, RGTR et TICE. Les lignes non gérées par l’État ne seront pas concernées par la mesure et «pourraient théoriquement rester payants», reconnaît le ministre, qui veut cependant croire que d'autres acteurs, notamment les communes, suivront le mouvement.

Dans les trains, la première classe restera en vigueur: seules ces places, qui représentent actuellement 2,7% des ventes de ticket, resteront intégralement payantes. Les m-Kaart feront aussi toujours partie du paysage, permettant toujours d'accéder au mBox, aux bornes de chargement électrique ou encore de garder des avantages dans les P&R.

La mesure, présentée comme «sociale et écologique» par François Bausch, n'entraînera pas de baisse dans les investissements liés au transport. Une enveloppe d'un peu plus de 2,2 milliards d'euros est prévue pour la période 2018-2023. «En Europe, personne n'investit autant que le Luxembourg!», comparativement au nombre d'habitants, martèle le ministre.

Missions des agents étendues

Les frontaliers seront aussi concernés par la nouvelle politique tarifaire, puisque les prix seront «adaptés vers le bas», indique le ministre de la Mobilité, sans plus de précision. Des négociations seront menées avec les compagnies publiques des pays voisins (SNCB, Deutsche Bahn, SNCF), qui devraient permettre la baisse des tarifs des billets «Regio Zone». Le ministre rejette les craintes de frontaliers qui viendraient massivement en voiture jusqu'à la première gare frontalière: «Le transport ferroviaire est déjà peu onéreux au Luxembourg, il ne devrait pas y avoir beaucoup plus de personnes qui adopteront cette stratégie».

Les agents de transport verront leurs missions étendues et adaptées. Les tâches de contrôle, d'émission de titre ou de maintenance des appareils sont en effet amenées à être revues. D'autres, comme le renseignement et la sécurité, seront évidemment maintenues en l'état. Certains s'inquiètent, à l'image du syndicat Landesverband, dont quelques membres manifestaient devant le ministère, lundi.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion