«La grippe A n'a pas l'air trop menaçante»

Publié

«La grippe A n'a pas l'air trop menaçante»

DIFFERDANGE - Alors que la campagne de vaccination contre la grippe A a débuté mardi, les jeunes interrogés par L'essentiel sont plutôt sceptiques vis-à-vis de ce type de traitement.


À Differdange, où se trouve l'un des sept centres nationaux de vaccination, on attend une centaine de patients par jour pour cette première vague de vaccinations, destinées aux personnes prioritaires jusqu'à samedi.

En milieu d'après-midi, mardi, ce n'était pas la foule des grands jours. «Le début à midi a été très calme», avance le Dr Marc Kremer, de la Direction nationale de la santé, en charge du centre. «On a eu un peu plus d'affluence en début d'après-midi. Mais tout se passe sans accroc».

Malgré les débats autour de la nocivité du vaccin, le médecin affirme qu'il est nécessaire. «Pour le moment, la pandémie connaît une évolution bénigne, mais il suffit d'une simple mutation du virus pour que la situation change brutalement. C'est pour éviter le pire que le gouvernement a lancé cette campagne de vaccination».

Jérôme Wiss

Pourquoi serait-il nécessaire de se faire vacciner contre la grippe A?

Ton opinion