La guerre des polices

Publié

La guerre des polices

Un début de guerre des polices a éclaté en Belgique, par médias interposés, à la suite d’accusations selon lesquelles le chef présumé d’un réseau d’islamistes, Abdelkader Belliraj, aurait été un informateur des services de renseignements belges.

L’un des principaux syndicats nationaux de policiers, Sypol.BE-VSE, a publié un communiqué pour appeler ses troupes au calme et regretter qu’«un dossier confidentiel se trouve étalé sur la place publique». «Cela nous fait mal quand des collègues s’entre-déchirent de la sorte», a indiqué le secrétaire général du syndicat, majoritaire à la fois dans la police judiciaire fédérale belge et à la Sûreté de l’État (services de renseignements intérieurs), les deux services qui ont commencé à se lancer des accusations réciproques par voie de presse.

Certains quotidiens néerlandophones évoquaient à mots à peine couverts une certaine forme de guerre latente entre la Sûreté de l’État et l’antiterrorisme de la police fédérale. Les seconds «accusant» les premiers de faire de la rétention d’information.

Ton opinion