Au Luxembourg – «La hausse du nombre d'actifs est incroyable»

Publié

Au Luxembourg«La hausse du nombre d'actifs est incroyable»

LUXEMBOURG - Le marché de l’emploi ne s’était plus si bien porté depuis la crise économique de 2008. Le Luxembourg comptait près de 450 000 actifs fin 2018.

20171003 _LUXEMBOURG/VILLE_  Inauguration du nouveau bâtiment de la banque société générale bank and trust au 18 boulevard royal à luxembourg. 



© Editpress/Herve Montaigu

20171003 _LUXEMBOURG/VILLE_ Inauguration du nouveau bâtiment de la banque société générale bank and trust au 18 boulevard royal à luxembourg.



© Editpress/Herve Montaigu

Editpress/Hmontaigu

Progression des emploisInfogram

Avec 15 000 à 16 000 emplois créés en un an, le Luxembourg comptait, à la fin de l’année dernière, plus ou moins 448 399 actifs. Une progression de 3,7% par rapport à 2017, où le marché de l’emploi comptabilisait 432 400 personnes actives.

«Ce chiffre a progressé de 3,7%, ce qui est une hausse incroyable et place le Luxembourg dans le peloton de tête des créations d’emplois dans l’UE. Nous sommes revenus à des niveaux proches de l’avant-crise en 2008», explique Jean Ries, chef du service statistiques et études de l’Agence pour le développement de l’emploi (Adem).

« Attirer des talents de l'étranger»

Cette situation n’est pas sans provoquer quelques tensions sur le marché de l’emploi. «Pour le moment, nous avons des difficultés de recrutement dans un peu tous les secteurs: l’informatique mais aussi la restauration, la construction, etc. On ne peut pas encore parler de pénurie de main-d’œuvre, mais bien de réelles difficultés à trouver des candidats», poursuit-il.

Selon une enquête menée par la Chambre de commerce, 70 % des employeurs dans l’industrie affirment rencontrer des difficultés de recrutement. Pour le secteur des services, cette proportion est de 62%. «L’Adem est en train de dresser une liste des métiers en pénurie de candidats au Luxembourg, en collaboration avec l’Union des entreprises. Elle nous aidera à mieux planifier les formations, mieux cibler les orientations professionnelles, attirer des talents de l’étranger mais aussi à identifier les causes de cette pénurie», affirme Jean Ries.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Ton opinion