Au Luxembourg – La jeunesse pour le climat «retourne» dans la rue
Publié

Au LuxembourgLa jeunesse pour le climat «retourne» dans la rue

LUXEMBOURG – Coronavirus oblige, Youth for Climate a dû renoncer à ses dernières manifestations. Mardi 13 octobre, le collectif s'exprimera à nouveau mais sans grand défilé.

Le 25 septembre, de jeunes activistes du monde entier se sont mobilisés contre le réchauffement climatique. Le mouvement Fridays for Future a enregistré 3 200 manifestants au total. S'il y a tout juste un an, on recensait encore 2 500 personnes dans les rues de la capitale luxembourgeoise, les actions de Youth for Climate Luxembourg (YFCL) se sont faites plus rares ces derniers temps en raison du coronavirus. Les événements prévus ont à maintes reprises dus êtres annulés au dernier moment. «Nous craignions un trop grand risque d'infection», affirme Jerry Simon, membre de YFCL.

La jeunesse luxembourgeoise n'est toutefois pas restée inactive durant la pandémie, comme le souligne Jerry à L'essentiel: «Nous avons déplacé notre présence dans la rue presque entièrement sur les réseaux sociaux», explique-t-il. Au début du confinement, YFCL a notamment organisé une manifestation en ligne avec de la musique, des ateliers et des discours. Mais désormais, le collectif luxembourgeois de lutte contre le réchauffement climatique a l'intention de retourner dans la rue pour se faire entendre mardi 13 octobre, mais en évitant un gros rassemblement.

«Le changement climatique ne fait pas non plus de pause!»

Les quelques organisateurs qui se rendront sur place invitent les militants à concevoir des affiches pour le jour J. Celles-ci peuvent être remises aux organisateurs aux points de collecte dans les écoles le matin du 13 octobre ou à 13h45 sur la place d'Armes. Ces affiches seront exposées pour appeler à une politique climatique cohérente du Parlement luxembourgeois. «Nous ne pouvons pas nous permettre de faire une pause», prévient Jerry, avant d'ajouter: «Le changement climatique ne fait pas non plus de pause!».

La date n'a pas été choisie au hasard. Elle marque en effet le début de l'année parlementaire. Pour le collectif, c'est l'occasion d'accueillir les députés par une «action de bienvenue» place d'Armes, où le Parlement a temporairement élu domicile, depuis le mois d'avril dernier, en raison de la pandémie.

(mei/L'essentiel)

Ton opinion