Crise au FN – La justice donne raison à Jean-Marie Le Pen

Publié

Crise au FNLa justice donne raison à Jean-Marie Le Pen

Le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) a annulé jeudi pour une question de forme la suspension de Jean-Marie Le Pen, cofondateur du Front national, par un bureau exécutif du parti d'extrême droite, le 4 mai.

La justice annule la suspension de Jean-Marie Le Pen du Front national.

La justice annule la suspension de Jean-Marie Le Pen du Front national.

AFP

Le parti «devra rétablir Jean-Marie Le Pen dans tous les droits attachés à sa qualité d'adhérent et le cas échéant à celle de président d'honneur», précise le jugement. Les juges ont estimé que le bureau exécutif du 4 mai était fondé à prononcer la suspension de M. Le Pen en tant qu'adhérent, après une nouvelle salve de provocations guère nouvelles sur le fond.

En revanche, ils ont considéré que cette décision «viole les règles statutaires» en ne précisant pas qu'il s'agissait d'une mesure provisoire «dans l'attente de la mise en œuvre d'une procédure disciplinaire ultérieure» s'apparentant à une «sanction» - en l'occurrence la convocation d'un congrès extraordinaire des adhérents invités à approuver, par voie postale, de nouveaux statuts, où la présidence d'honneur ne figure pas.

«A priori: Jean-Marie Le Pen, le retour!»

«Jean-Marie Le Pen peut de nouveau dès demain (vendredi) matin recommencer à utiliser son bureau et tous les moyens à sa disposition et siéger à toutes les instances» internes, dont sa présidence d'honneur le rendait membre de droit, a commenté son avocat, Me Frédéric Joachim. «A priori: Jean-Marie Le Pen, le retour!» a ajouté l'avocat, «pour autant que le Front national ne forme pas un appel, qui ne serait pas suspensif». «Je n'ai pas encore d'instructions» concernant un éventuel appel, a réagi l'avocat du FN, Me Frédéric-Pierre Vos. «Ce n'est qu'un problème de vice de forme, ça ne change rien au regard du congrès en cours», a-t-il ajouté.

Malgré cette décision de justice, M. Le Pen devrait en effet perdre sa présidence d'honneur. Le congrès, base militante largement acquise à la cause de Marine Le Pen, suivra l'avis des instances du FN, assurent les proches de la présidente du parti, validant la suppression de la présidence d'honneur du cofondateur. Les courriers ont été envoyés le 22 juin et les frontistes ont jusqu'au 10 juillet pour retourner leur bulletin de vote.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion