La loi sur l'immigration, un plus pour les clubs

Publié

La loi sur l'immigration, un plus pour les clubs

Le COSL est favorable à la simplification des procédures d'accueil des sportifs étrangers dans les clubs du Grand-Duché.

Le COSL veut simplifier les procédures d'accueil des joueurs et entraîneurs étrangers dans les clubs.

Le COSL veut simplifier les procédures d'accueil des joueurs et entraîneurs étrangers dans les clubs.

Dans le cadre de la loi sur l'immigration, actuellement en discussion, le Comité olympique et sportif luxembourgeois (COSL) a émis un avis favorable pour une simplification des procédures d'autorisation de séjour et de travail pour les sportifs étrangers non européens au Grand-Duché.

«L'objectif est de faciliter la vie administrative des clubs. Il s'agit de décharger les bénévoles de procédures longues, mais aussi de permettre à certains clubs de se mettre en conformité avec les règles en vigueur. Actuellement, certains sportifs jouent sans autorisation», explique Marlyse Pauly, secrétaire générale du COSL.

Il ne s'agit pourtant pas de s'opposer aux «quotas» d'étrangers mis en place par certaines fédérations sportives luxembourgeoises. «La spécificité du sport doit être reconnue par les institutions européennes. On ne peut pas réglementer le sport comme le marché du travail. Il faut permettre au sport national de se développer pour alimenter les équipes nationales», précise d'ailleurs Marlyse Pauly.

Ne disposant d'aucun droit de tutelle sur les fédérations, le COSL se borne à les conseiller et travaille à les défendre à Bruxelles. Mais si la législation européenne venait à interdire les quotas, il devrait les inciter à se mettre en conformité. «Mais nous n'en sommes pas encore là. C'est une question en évolution permanente», conclut Marlyse Pauly. nm

Ton opinion