En Belgique: La maison de Marc Dutroux va être démolie

Publié

En BelgiqueLa maison de Marc Dutroux va être démolie

Vingt-six ans après le début de l'affaire Dutroux, la sinistre maison où le pédophile séquestrait ses victimes a commencé à être rasée.

Pour toute la Belgique, c'est «la maison de l'horreur»: l'habitation de Marc Dutroux, au 128, avenue Philippeville, à Marcinelle, a commencé à être démolie, ce mardi matin, indiquent les médias belges. Tout le pays a découvert cette adresse, le 15 août 1996, alors que la police a arrêté le pédophile quelques heures plus tôt. Les enquêteurs sauvent Laetitia Delhez et Sabine Dardenne, séquestrées dans des caches aménagées dans la cave.

Julie Lejeune et Melissa Russo, 8 ans, enlevées 14 mois plus tôt, n'auront pas cette chance. Retenues prisonnières dans la maison de Marcinelle, elles sont mortes de faim et la police retrouvera leur corps enterré dans le jardin d'une autre maison du criminel, à Sars-la-Buissière (province de Hainaut).

A woman holds pictures of Melissa Russo and Julie Lejeune in front of Liege's Saint Martin Basilica during their funerals, 22 August 1996. The two eight-year-old girls bodies were discovered 14 month after their abduction by a gang of pedophiles with Marc Dutroux who left them starve to death. 
Une jeune femme brandit des photos de Melissa Russo et Julie Lejeune devant la Basilique St Martin à Liège lors de leurs funérailles, le 22 août 1996. Les corps des deux petites âgées de 8 ans ont été découverts 14 mois après leur enlèvement par un groupe de pédophiles dont Marc Dutroux, qui leur fait subir des sévices sexuels avant de les laisser mourir de faim.   
AFP PHOTO GERARD CERLES (Photo by GERARD CERLES / AFP)
BELGIUM-FUNERAL-DUTROUX-VICTIMS

AFP

La façade de la maison est aujourd'hui recouverte d'une fresque représentant un enfant qui fait du cerf-volant. De nombreux riverains sont soulagés de voir la maison rasée. «Dutroux a été puni, ça suffit, nous autres dans la rue, on veut oublier», a confié une habitante du quartier à la RTBF.

Pour le père de Mélissa, «c’était un peu comme la maison d’Anne Frank, je ne voulais pas qu’on la détruise». Ainsi, l'habitation va laisser la place à un vaste jardin mais les caches, en sous-sol, vont être conservées. «Et ce, à la demande des familles», écrivent nos confrères belges, «dans un but judiciaire, afin de pouvoir continuer à relever des traces d'ADN et de les comparer».

Le lieu s'appellera «Entre ciel et terre».

Le lieu s'appellera «Entre ciel et terre».

Charleroi Bouwmeester
(mc)

Ton opinion

1 commentaire