Santé au Luxembourg – La maladie de Lyme sera bientôt mieux déclarée
Publié

Santé au LuxembourgLa maladie de Lyme sera bientôt mieux déclarée

LUXEMBOURG - Au Luxembourg, la maladie de Lyme est reconnue mais est rarement déclarée par les médecins. Un avant-projet de loi est en cours d'élaboration pour régler ce problème.

La maladie de Lyme est déjà scientifiquement reconnue au Luxembourg.

La maladie de Lyme est déjà scientifiquement reconnue au Luxembourg.

AFP

La maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme), qui peut s'attraper suite à une morsure de tique, peut provoquer de graves lésions à plusieurs organes et au système nerveux, entraînant un état de fatigue et une douleur quotidienne. Difficilement détectée, cette infection inquiète. Récemment, une pétition électronique a été lancée sur le site de la Chambre. Toujours en cours, elle a déjà recueilli plus de 2 200 signatures. Les pétitionnaires ainsi que la députée Sylvie Andrich-Duval (CSV) dans une question parlementaire réclament que la maladie soit reconnue pour que les traitements, qui peuvent avoisiner les 1 000 euros par mois selon la députée, soient remboursés.

Or, selon la ministre de la Santé, Lydia Mutsh (LSAP), la maladie de Lyme est déjà scientifiquement reconnue au Luxembourg. «Une fois diagnostiquée, la maladie est curable par des antibiotiques. Le traitement et les consultations médicales dans ce cas sont pris en charge par la CNS selon la réglementation en vigueur.» La ministre précise que la maladie est soumise à une déclaration obligatoire à l'autorité sanitaire.

Mais, de son propre aveu, «il semble que ces déclarations fassent souvent défaut», ce qui empêche une estimation du nombre de malades au Luxembourg et une prise en charge rapide et efficace. Un avant-projet de loi est donc en cours d'élaboration. «Afin de pouvoir remédier à cette situation, un avant-projet de loi obligeant les médecins et les laboratoires à déclarer les maladies infectieuses diagnostiquées, dont la borréliose, sera soumis sous peu au Gouvernement en Conseil», a déclaré la ministre dans sa réponse parlementaire à la députée.

(jd/L'essentiel)

Ton opinion