Allemagne – La manifestation anti-G20 dégénère à Hambourg

Publié

AllemagneLa manifestation anti-G20 dégénère à Hambourg

La police est intervenue en force jeudi soir pour disperser les rassemblements d'extrémistes encagoulés.

Des heurts ont éclaté jeudi soir entre plusieurs milliers de manifestants anti-G20 et la police à Hambourg en Allemagne. Ils ont jeté une ombre sur le sommet des dirigeants des principaux pays de la planète prévu dans la ville.

Les affrontements sont survenus peu après le départ d'un cortège de 12 000 personnes, selon les forces de l'ordre, à proximité du lieu du sommet du G20 à Hambourg, considéré comme un bastion de la contestation violente.

Après plusieurs avertissements, la police a chargé la foule et fait usage de gaz lacrymogène pour disperser plusieurs centaines d'extrémistes encagoulés et habillés de noir, ont constaté les journalistes de l'AFP.

Plusieurs blessés

Plusieurs personnes ont été blessées et d'autres interpellées par les forces de l'ordre, selon des images de la télévision allemande. Aucun bilan officiel n'a été publié pour le moment.

Bouteilles, pierres, pavés et pétards ont été jetés sur les policiers qui ont riposté en déployant leurs canons à eau. La police a aussi indiqué que son porte-parole avait été agressé par des protestataires alors qu'il donnait une interview. Il a dû se réfugier dans un véhicule de pompiers.

La police a fait état d'une voiture incendiée et de vitrines de magasins endommagées. Elle a annoncé avoir mis fin au rassemblement vers 20h30. Elle a ensuite entrepris de disperser la foule à coups de canon à eau.

Mais plusieurs milliers de personnes ont décidé de continuer à défiler, sévèrement encadrées, tandis qu'en marge, des incidents se poursuivaient dans le quartier.

Escalade redoutée

La police, sur les dents depuis plusieurs jours, redoute une escalade des tensions. Les manifestants, réunis sous le slogan «Bienvenue en enfer» et affichant une banderole «Pulvériser le G20», ont été stoppés par la police au bout de seulement 300 mètres de parcours.

Ils étaient partis du «quartier des poissons», près de l'Elbe et se dirigeaient vers le centre des congrès où le sommet se tiendra vendredi et samedi. La police s'est justifiée en disant avoir demandé aux manifestants les plus extrémistes, qui défilaient encagoulés et vêtus de noir, de découvrir leur visage. Ce qu'ils n'ont pas fait.

(L'essentiel/nxp/afp)

Ton opinion