Grogne des taxis – La manifestation contre Uber dégénère en France
Publié

Grogne des taxisLa manifestation contre Uber dégénère en France

De nombreux débordements étaient à signaler, jeudi matin, suite à la mobilisation des taxis en France pour dénoncer la «concurrence déloyale» de l'application mobile UberPOP.

Demonstrators try to turn over an alleged minicab, known in France as VTC ("Voitures de Tourisme avec Chauffeurs), at Porte Maillot in Paris on June 25, 2015, as hundreds of taxi drivers converged on airports and other areas around the capital to demonstrate against UberPOP, a popular taxi app that is facing fierce opposition from traditional cabs. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

Demonstrators try to turn over an alleged minicab, known in France as VTC ("Voitures de Tourisme avec Chauffeurs), at Porte Maillot in Paris on June 25, 2015, as hundreds of taxi drivers converged on airports and other areas around the capital to demonstrate against UberPOP, a popular taxi app that is facing fierce opposition from traditional cabs. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

AFP/Thomas Samson

Des centaines de taxis en colère ont convergé jeudi matin autour des aéroports parisiens et dans plusieurs villes, pour dénoncer la «concurrence sauvage» de l'application mobile UberPOP, créant d'importantes perturbations et de nombreux dégâts.

«Le but c'est d'occuper l'espace, parce qu'il y a un vrai ras-le-bol», explique Karim Asnoun, de la CGT. «La base attend de nous des messages forts, on est obligé de passer par cette étape de la radicalité», ajoute Abdel Ghalfi (CFDT). À l'aéroport de Roissy, les accès à trois terminaux (2E, 2F et 2D) étaient bloqués et la circulation perturbée, comme dans plusieurs quartiers de Paris.

«Nous on subit tout!»

Vers la porte Maillot (ouest), des CRS sont intervenus peu après 7 heures pour dégager le périphérique bloqué, dans une odeur âcre de fumée, avec claquement de pétards et fracas de poubelles renversées. Un chauffeur de VTC s'est fait crever les pneus et sortir de son van, que des grévistes ont ensuite tenté de renverser avant l'intervention des CRS, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

«Les chauffeurs UberPOP sont interdits, mais ils sont toujours là!», déplore Stéphane Molla, taxi depuis une trentaine d'années. «Nous on subit tout! La licence, les tarifs que nous ne fixons pas, l'interdiction de faire des forfaits», renchérit son collègue Fabrice Moreau.

Depuis plusieurs mois, le groupe américain des voitures de transport avec chauffeur (VTC) Uber s'est engagé dans un bras de fer avec l'État, autour de son application mobile UberPOP, un service à prix cassés qui met en relation des passagers et des conducteurs non professionnels assurant le transport avec leurs véhicules personnels.

Les clients finissent leur trajet à pied jusqu'à l'aéroport

(L'essentiel/AFP)

2 800 taxis mobilisés dans toute la France

Près de 2 800 chauffeurs de taxis manifestaient jeudi dans toute la France contre l'application UberPOP, et «une trentaine de points de blocage» étaient recensés à midi, a-t-on appris de source policière. «Deux interpellations ont eu lieu à Paris et à Roissy», a précisé cette source. La première concerne un homme soupçonné d'avoir jeté des projectiles sur les forces de l'ordre, blessant un CRS porte Maillot. À l'aéroport de Roissy, un chauffeur de VTC, qui a blessé légèrement un chauffeur de taxi, a été interpellé et placé en garde à vue.

Ton opinion