Drame en Espagne – La mère infanticide redoutait les aliens

Publié

Drame en EspagneLa mère infanticide redoutait les aliens

Selon son ex-mari, la Suissesse qui a tué son fils de 10 mois, mercredi dernier en Espagne, croyait à la théorie du complot et au pouvoir des extraterrestres.

Selon la presse espagnole, la mère a demandé à pouvoir donner le bain à son fils et a profité de ce moment pour lui trancher la gorge avec un couteau.

Selon la presse espagnole, la mère a demandé à pouvoir donner le bain à son fils et a profité de ce moment pour lui trancher la gorge avec un couteau.

Police cantonale de Zurich

Une semaine après les faits, la localité suisse de Bülach est toujours sous le choc. C'est là qu'une femme de 40 ans a enlevé son fils d'un établissement de soins, le 24 décembre dernier, pour l'emmener en Espagne. Finalement arrêtée la semaine dernière dans la région d'Alicante et hospitalisée avec son bébé de 10 mois, elle a profité d'être seule avec son enfant, au moment de lui donner son bain, pour lui trancher la gorge, avant de tenter de se suicider.

Contacté par Tele Züri, l'ex-mari de la mère infanticide a expliqué qu'elle avait commencé à fréquenter la scène ésotérique il y a vingt-trois ans. «Elle croyait que le monde était infiltré d'aliens. Elle pensait que les hommes puissants de ce monde étaient dirigés par des extraterrestres. C'est à ce moment-là que j'ai compris que quelque chose n'allait pas», raconte-t-il. L'homme pense néanmoins que le drame aurait pu être évité. En la pourchassant comme elle l'a fait, la justice aurait mis trop de pression sur la mère. Les autorités auraient par ailleurs sous-estimé le danger qu'elle représentait, selon lui.

Juste après sa disparition de Suisse, une amie de la quadragénaire avait affirmé que celle-ci s'opposait à la médecine traditionnelle parce qu'elle était végétalienne. Son ex-mari a une autre explication. En janvier 2013, elle avait dû se faire opérer d'urgence à cause d'une dent infectée. Depuis, elle était persuadée que les médicaments que les médecins lui avaient administré étaient responsables de la maladie de son fils, écrit Blick.

(L'essentiel/ofu)

Ton opinion