La méthode Bush: «ne jamais s'expliquer, ne jamais s'excuser»

Publié

La méthode Bush: «ne jamais s'expliquer, ne jamais s'excuser»

Fin de mandat catastrophique pour le président américain. Fui par son propre parti, le maître de la Maison Blanche se voit critiqué par son ancien porte-parole.

Scott McClellan a longtemps porté le message du président Bush devant les médias. Mais aujourd’hui, l’ancien porte-parole de la Maison Blanche jette un pavé dans la marre. Il dénonce dans un livre la "culture de la désinformation" et les "jeux" de la politique à Washington.

«Records d'impopularité»

Une mauvaise nouvelle de plus alors que Bush se voit désapprouvé dans les sondages par les deux tiers des Américains et que John McCain, candidat à la Maison Blanche du même bord, le fuit plus qu’autre chose. D’ailleurs, ce dernier avait limité, mardi, à moins d'une minute sa poignée de mains avec le président sortant. Le candidat ne veut pas être contaminé par l’impopularité de George W. Bush.

«Campagne permanente»

Par contre, le camp démocrate s’est empressé de passer à l’attaque en utilisant le livre de McClellan, "What happened: inside the Bush White House and Washington's culture of deception" (Ce qui s'est passé: au cœur de la Maison Blanche de Bush et la culture de la désinformation de Washington"). Selon ce brûlot, l'administration Bush a gouverné comme si elle menait une "campagne (électorale) permanente", sans égard pour les réels besoins du pays.

«Ne jamais s'excuser»

À en croire McClellan, la Maison Blanche avait pour principe de "ne jamais s'expliquer, ne jamais s'excuser, ne jamais battre en retraite. Malheureusement, cette stratégie avait aussi des répercussions moins justifiables: ne jamais (prendre le temps) de réfléchir, ne jamais réexaminer (les décisions prises), ne jamais faire de compromis - surtout quand il s'agissait de l'Irak". Du pain béni pour les démocrates en plaine campagne.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion