Crise au Yémen – La milice chiite se trouve aux portes du palais
Publié

Crise au YémenLa milice chiite se trouve aux portes du palais

De violents affrontements ont éclaté lundi au Yémen où la puissante milice chiite d'Ansaruallah s'est rapprochée du palais présidentiel pour renforcer son emprise sur la capitale Sanaa.

Les combats ont fait au moins neuf morts et près de 70 blessés à Sanaa.

Les combats ont fait au moins neuf morts et près de 70 blessés à Sanaa.

Twitter

Après de longues heures de tensions et de combats, un cessez-le-feu a été décrété lundi en fin de journée. L'arrêt des hostilités a ensuite été confirmé par des témoins. Le cessez-le-feu a été annoncé peu après un appel de la Ligue arabe à «toutes les forces politiques» à mettre fin à «l'escalade malheureuse des violences au Yémen». Les ambassades américaine et britannique à Sanaa avaient également exigé que les armes se taisent.

Les combats ont fait au moins neuf morts et près de 70 blessés dans la ville où a résonné le bruit des tirs et des explosions, selon un bilan de source médicale. Le président Abd Rabbo Mansour Hadi n'a pas été directement menacé puisqu'il n'était pas présent au palais présidentiel, situé dans le sud de la capitale, autour duquel se sont concentrés les affrontements.

La ministre yéménite de l'Information Nadia al-Sakkaf a toutefois parlé d'un coup d'État. Le président, qui utilise rarement ce palais, a multiplié les consultations dans sa résidence, où il a négocié le cessez-le-feu avec un représentant d'Ansaruallah, selon des sources politiques.

Un camp de la garde présidentielle pilonné

Des miliciens chiites ont affirmé s'être emparés d'une colline stratégique située près du palais. «Nous contrôlons le Jebel Nahdine qui surplombe le palais présidentiel, et nous permettons aux gardes de la présidence de quitter leur position avec une arme personnelle», a affirmé Ali al-Bukhaiti, un responsable de la milice d'Ansaruallah.

Par ailleurs, des miliciens ont commencé à pilonner aux armes moyennes et lourdes un camp de la garde présidentielle situé au sud du palais, ont rapporté des témoins. Des renforts de miliciens ont aussi été vus faisant route vers le palais avec deux chars de combat. Le convoi du premier ministre Khaled Bahah a essuyé des tirs de miliciens chiites après avoir participé à une réunion avec le président Hadi. M. Bahah en est sorti indemne, a indiqué la ministre de l'Information.

(L'essentiel)

Ton opinion