Déplacements au Luxembourg – La mobilité douce a un coût, mais il reste léger
Publié

Déplacements au LuxembourgLa mobilité douce a un coût, mais il reste léger

LUXEMBOURG - Il faut compter 600 euros environ pour se doter d'un vélo digne de ce nom.

Selon TNS-ILReS, il y a dans le pays 323 393 vélos en circulation.

Selon TNS-ILReS, il y a dans le pays 323 393 vélos en circulation.

Editpress

Les députés votent ce mardi la loi sur la mobilité douce visant à ce que, d'ici 2020, «25% des déplacements quotidiens» s'effectuent via la mobilité douce, dont le vélo. Pas gagné. Dans un sondage paru en janvier, 23% des résidents déclaraient avoir utilisé un vélo la semaine précédente, mais 29% n'avoir pas roulé depuis plus de trois ans. Pourtant, le vélo reste une alternative peu onéreuse.

Pour une pratique quotidienne, on privilégiera un vélo de ville, voire un VTC (vélo tout chemin). «Il faudra compter entre 600 et 1 000 euros pour un produit correct. En dessous de 600 euros, on tombe dans la gamme loisirs et les composants ne sont pas adaptés», renseigne Hervé Teschké, vendeur chez Velocenter Goedert. Ajoutez de 40 à 100 euros pour un casque. Plus d’une dizaine à une trentaine d’euros pour un kit de dépannage de base.

Pour l’entretien, sauf à être compétent et investir dans du matériel, prévoir un budget annuel d’une centaine d’euros. Sans compter les pièces, tels les pneus à remplacer après deux ou trois saisons; entre 18 et 35 euros l’unité chez Velocenter Goedert. Chez Ostergaard’s Bike Shop, «on vend beaucoup de vélos électriques, surtout pour les personnes qui vont au travail et ne peuvent pas y prendre de douche», indique le patron, Jan Ostergaard. Comptez au moins un millier d’euros. Important, se renseigner sur la durée de vie des batteries et penser à les mettre en tension au moins une fois par mois.

(Mathieu Vacon et Pierre Théobald)

Ton opinion