Objectif ambitieux – La Moldavie veut devenir membre de l'UE en 2019

Publié

Objectif ambitieuxLa Moldavie veut devenir membre de l'UE en 2019

Bruxelles a levé depuis lundi l'obligation de visas pour les Moldaves voyageant dans la zone Schengen, une mesure destinée à encourager le rapprochement de ce pays avec l'Europe.

Iurie Leanca est le Premier ministre de la Moldavie.

Iurie Leanca est le Premier ministre de la Moldavie.

AFP

La Moldavie, ex-république soviétique située entre l'Union européenne (UE) et l'Ukraine, veut devenir membre de l'UE en 2019, a indiqué mardi son Premier ministre, Iurie Leanca, lors d'une visite à la frontière roumano-moldave à Sculeni (nord-est). La décision de Bruxelles de lever l'obligation de visas pour les Moldaves intervient au moment où la Russie tente de réaffirmer son influence dans la région.

«Nous avons identifié un objectif ambitieux mais que je considère réalisable: faire tout ce qui est possible pour que la Moldavie devienne un membre à part entière de l'Union européenne quand la Roumanie détiendra la présidence de l'UE en 2019», a déclaré M. Leanca. Le Premier ministre roumain, Victor Ponta, a exprimé son soutien, souhaitant qu'en 2019, «il n'y ait plus de frontière à cet endroit mais une seule Europe».

La Gagaouzie est peu enthousiaste

La Moldavie, pays de 3,5 millions d'habitants majoritairement roumanophone mais qui compte aussi une importante minorité russophone, doit signer en juin un accord d'association avec l'UE. Elle est l'un des deux seuls pays de l'ex-bloc soviétique, avec la Géorgie, à avoir paraphé cet accord en novembre, après le retrait soudain de l'Ukraine. Les difficultés sont toutefois nombreuses alors que la région séparatiste pro-russe de Transdniestrie, dans l'est de la Moldavie, refuse ce rapprochement avec l'UE.

La région autonome de Gagaouzie (sud de la Moldavie), peuplée en majorité de russophones, est également peu enthousiaste sur cet accord d'association. Alors que la Moldavie est également très dépendante du gaz russe, M. Leanca a estimé qu'un gazoduc reliant son pays à la Roumanie devrait être terminé vers la fin août: «Nous pourrons recevoir du gaz roumain et nous verrons alors ce que veulent dire diversité et sécurité énergétique».

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion