La mort d'un jeune homme embrase la cité

Publié

La mort d'un jeune homme embrase la cité

Des violences ont éclaté jeudi pour la troisième nuit consécutive à Firminy, dans la banlieue de Saint-Etienne, après la mort par pendaison d'un jeune dans un commissariat. Le Parquet a ordonné une nouvelle autopsie.

Dans le quartier du "site Le Corbusier", la pharmacie, la boulangerie, le salon de coiffure, la parfumerie, le café et le tabac ont été ravagés par les flammes.

Dans le quartier du "site Le Corbusier", la pharmacie, la boulangerie, le salon de coiffure, la parfumerie, le café et le tabac ont été ravagés par les flammes.

afp

Depuis la mort de Mohamed Benmouna, originaire de Firminy (Loire) et retrouvé pendu lundi dans sa cellule du commissariat du Chambon-Feugerolles (Loire), la commune a été, pour la 3e nuit consécutive, le théâtre de violences.

Les affrontements ont débuté vers 23H00 au pied de l'immeuble où habitait la victime, là où un peu plus tôt une centaine de personnes s'était réunie autour de la famille, pour évoquer l'organisation d'une marche en son honneur.

Pas de bléssés

Dans le quartier du "site Le Corbusier", la pharmacie, la boulangerie, le salon de coiffure, la parfumerie, le café et le tabac ont été ravagés par les flammes, de même qu'une dizaine de véhicules.

Plusieurs voitures de police et de pompiers ont été endommagées par des jets de pierres et la police a faire usage de gaz lacrymogènes. Aucune personne n'a été blessée. Six jeunes ont été interpellés par la police et placés en garde-à-vue au commissariat de Saint-Étienne.

Circonstances du décès contestées

Marc Petit, le maire de Firminy, a réclamé la mise en place de mesures de sécurité "exceptionnelles" telles qu’ « une présence policière visible » dès vendredi soir. "Il est urgent que la sécurité soit rétablie", a-t-il déclaré se disant "scandalisé, choqué, écœuré" par l'incendie du centre commercial.

A l’origine, toujours la polémique sur les circonstances du décès du jeune-homme. Selon la police, il aurait succombé à un "arrêt cardiaque par suffocation" après avoir tenté de se pendre. Mais des habitants du quartier évoquent la thèse d’une "bavure policière".

La famille dépose une plainte contre X

Le Parquet de Saint-Etienne avait pourtant tenté de couper court aux rumeurs en assurant jeudi que l'autopsie du jeune homme n'avait révélé "aucune trace de violence". La famille Benmouna a néanmoins déposé une plainte contre X jeudi pour que "la lumière soit faite sur cette affaire".

Une nouvelle autopsie du corps de Mohamed Benmouna a été ordonnée vendredi. "Les conclusions seront confrontées avec celles effectuées le 9 juillet 2009 ayant exclu toutes traces de violences", a indiqué le procureur Jacques Pin. Cette nouvelle autopsie avec échographies des masses profondes devait se dérouler vendredi en fin d'après-midi en présence de M. Pin.

lessentiel.lu

Ton opinion