Enquête en cours – La mort suspecte d'un collégien agite le Nigeria
Publié

Enquête en coursLa mort suspecte d'un collégien agite le Nigeria

La famille d'un ado décédé affirme que leur enfant scolarisé dans un pensionnat d'élite à Lagos a été empoisonné par cinq de ses camarades.

L'enquête sur la mort d'un collégien de onze ans fait scandale au Nigeria, la famille affirmant que leur enfant scolarisé dans un pensionnat d'élite à Lagos a été empoisonné par cinq de ses camarades et dénonçant une tentative de dissimulation d'un homicide.

La mort le 30 novembre de Sylvester Oromoni a ému le pays le plus peuplé d'Afrique, et pris une tournure nationale après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une insoutenable vidéo montrant le garçon hurlant sur son lit d'hôpital, faisant réagir jusqu'à la présidence. La famille affirme que leur enfant a été forcé par ses camarades à ingurgiter un liquide toxique, et que les responsables sont protégés. L'école affirme qu'il n'y a pas eu de dissimulation et qu'elle coopère avec les enquêteurs.

Les autorités locales ont fermé le pensionnat, où sont scolarisés des enfants de familles riches et influentes, jusqu'à nouvel ordre et le président Muhammadu Buhari a appelé dans un communiqué la police «à faire toute la lumière» sur la mort du garçon.

Victime de harcèlement

Cette affaire commence le 22 novembre, quand les responsables du Collège Dowen, à Lagos, appellent les parents de Sylvester et leur demandent de venir récupérer leur fils, blessé la veille à la cheville au cours d'un match de football, raconte sa famille. Initialement, le garçon affirme s'être blessé lui-même mais alors que son état de santé se détériore sur la route le menant à Warri, sa ville natale dans le sud-est du Nigeria où il est finalement admis à l'hôpital, sa famille commence à douter.

Sylvester a été victime de harcèlement un mois plus tôt, battu par des camarades qui ont menacé «de le tuer», affirme son grand frère Keyness Oromoni. «Je lui ai demandé: "Ça ne peut pas être que le football, qu'est ce qu'il t'es arrivé, dis-moi!" mais il n'a rien dit, il pleurait juste et avait l'air de tellement souffrir», poursuit le grand frère.

Le 29 novembre, un jour avant son décès, il soutient finalement que cinq garçons sont entrés dans sa chambre la nuit, le brutalisant et le forçant à boire un liquide chimique, toujours selon sa famille. Dans un communiqué, les responsables du pensionnat affirment que la famille les a appelés le jour même pour les informer de ses accusations.

Pas de preuve d'une éventuelle torture

«Nous avons alors immédiatement lancé une enquête interne... Malheureusement, nous avions à peine avancé que la frénésie des réseaux sociaux a commencé», a déclaré la commission scolaire dans un communiqué, ajoutant qu'elle coopérait avec les autorités et qu'elle s'engageait à ce que justice soit faite. Les cas de harcèlement scolaire entraînant la mort ne sont pas rares au Nigeria, et les auteurs de ces actes sont rarement traduits en justice. «Si cet incident découle vraiment de l'intimidation ou du cultisme», a déclaré un porte-parole du président Buhari dans un communiqué, «il doit servir de déclencheur pour répondre de façon permanente à ce problème récurrent».

Le 7 décembre, cinq adolescents ainsi que trois surveillants ont finalement été arrêtés, mais ils ont tous été libérés sous caution quelques jours plus tard. Les conclusions d'une autopsie conduite à Lagos affirme qu'il «n'y a aucune preuve pouvant établir un cas de torture, d'intimidations et d'ingurgitation forcée de substances toxiques», a affirmé la semaine passée le chef de la police locale, Hakeem Odumosu.

Mais les conclusions d'une autre autopsie conduite elle dans l'État du Delta, où le collégien est décédé, diffèrent. Une copie de ce rapport d'autopsie, fait état de «flancs et dos meurtris» et décrit la cause du décès comme étant «une lésion pulmonaire aiguë» due à «une intoxication chimique dans un contexte de traumatisme contondant». Contactés par l'AFP, les avocats représentant les cinq adolescents n'étaient pas joignables et l'école a refusé de répondre.

«Je pense que nous allons y arriver»

L'enquête a repris le 15 janvier, et la justice a demandé aux différentes parties de s'abstenir de faire de déclarations à la presse jusqu'à la fin de l'instruction. Mais contactée la semaine passée, la famille du collégien, s'appuyant sur le rapport d'autopsie réalisé à Delta, a affirmé qu'il y a eu une tentative de couvrir un crime.

«Avec cinq familles qui se réunissent pour essayer de tuer l'affaire, avec l'école et le gouvernement empêtrés, il n'y a presque aucune chance pour nous de nous battre», déclare la sœur du collégien, Annabel Oromoni, jointe au téléphone au Canada où elle réside. «Mon frère était en train de mourir parce que tout le monde a essayé de se couvrir», dénonce-t-elle en larmes.L'enquête sur la mort de Sylvester n'est toutefois pas terminée, et le père du garçon dit lui garder espoir: «Je pense que nous allons y arriver, ce n'est pas la fin».

(L'essentiel/afp)

Ton opinion