Natation: «La natation synchronisée n’est pas un sport à risque»
Publié

Natation«La natation synchronisée n’est pas un sport à risque»

L’image d’une athlète sauvée de la noyade par sa coach a fait le tour du monde. «Un cas isolé», disent deux experts.

par
Daniel Visentini
L’Américaine Anita Alvarez secourue par son entraîneure, Andrea Fuentes (à gauche).

L’Américaine Anita Alvarez secourue par son entraîneure, Andrea Fuentes (à gauche).

AFP

La séquence, spectaculaire, a été vue des millions de fois: l’Américaine Anita Alvarez qui coule au fond de la piscine, après son exercice de natation synchronisée en solo libre, aux Mondiaux de Budapest, mercredi. C’est son entraîneure, Andrea Fuentes, qui a couru puis plongé pour la remonter et la sortir du bassin et lui permettre de respirer. La nageuse avait perdu connaissance. Depuis ce sombre épisode, l’athlète va bien, heureusement. Elle était au repos et surveillée jeudi. Mais, depuis, ce sont les questions qui surnagent.

1 / 10
Anita Alvarez a perdu connaissance à la fin de sa chorégraphie.

Anita Alvarez a perdu connaissance à la fin de sa chorégraphie.

AFP
L'Américaine de 25 ans a sombré au fond du bassin.

L'Américaine de 25 ans a sombré au fond du bassin.

AFP
Les sauveteurs ne bougeant pas, son entraîneure Andrea Fuentes s'est précipitée pour lui porter secours.

Les sauveteurs ne bougeant pas, son entraîneure Andrea Fuentes s'est précipitée pour lui porter secours.

AFP

De fait, ce ne serait pas la première fois qu’Anita Alvarez connaît ce genre d’accident: elle aurait également eu des pertes de connaissance lors des épreuves qualificatives avant les derniers JO. Est-ce lié à un problème personnel ou aux particularités spécifiques de ce sport, avec les passages en apnée? Tony Ulrich, aujour­d’hui à la retraite, a été durant 34 ans entraîneur à Genève-­Natation et à la Fédération suisse. «Je n’ai jamais entendu parler d’un tel cas, assure-t-il. Ça relève de l’exception, et c’est aux médecins de dire s’il y a un problème avec cette athlète.»

Entraîneur à Genève-Natation, Clément Bally a lui aussi un regard sur ce qui s’est passé. «C’est un cas isolé, lance-t-il. Ça nous rappelle que, quand il y a de l’apnée, il faut faire attention. Les images sont impressionnantes, mais la natation synchronisée n’est pas un sport à risque.»

Ton opinion

1 commentaire