La navette Endeavour n'arrive pas à décoller

Publié

La navette Endeavour n'arrive pas à décoller

La météo joue avec les nerfs de la Nasa. Celle-ci a été forcée la nuit dernière, pour la troisième fois depuis samedi, de renoncer au lancement la fusée vers la Station spatiale internationale, désormais prévu mercredi.

C'est le cinquième report en un mois. Les 13 et 17 juin, les responsables de la mission avaient annulé le décollage d'Endeavour avec sept astronautes à bord en raison d'une fuite d'hydrogène. "De nouveau, la navette et l'équipe de lancement étaient prêts mais la météo n'a pas coopéré, avec un orage et des éclairs dans un rayon de moins de 20 milles marins (36 km)" ce qui interdit un tir, a déclaré le directeur du lancement, Pete Nicklolenko en s'adressant au commandant de bord, Mark Polansky. "Nous comprenons, c'est la nature de cette activité", lui a répondu ce dernier.

La prochaine tentative de lancement aura lieu mercredi à 18h03 (22h03 GMT) avec peut-être une autre possibilité, jeudi, qui serait la limite ultime sans interférer avec le lancement le 24 juillet vers l'ISS du vaisseau russe de ravitaillement Progress, a indiqué Mike Moses, directeur de l'équipe des responsables de la mission (MMT), lors d'une conférence de presse lundi soir.

M. Moses a précisé que cette option était acceptable pour les autorités spatiales russes mais qu'elle forcerait la Nasa à renoncer à la cinquiième sortie orbitale prévue dans la mission Endeavour qu'il a qualifiée "de très complexe".

Si la navette reste au sol mercredi et que jeudi n'est pas retenu, la prochaine fenêtre de tir pour le lancement d'Endeavour s'ouvrira le 26 juillet. Le délai de 48 heures donne au ingénieurs la possibilité mardi de notamment remplacer une protection en Tyvek, partiellement décollée, sur un des petits moteurs de manoeuvres en orbite de la navette se trouvant sur le nez.

Ces protections empêchent la pluie d'entrer dans ces moteurs quand l'orbiteur est sur le pas de tir. De l'eau à l'intérieur de ces moteurs gèlerait en orbite affectant des manoeuvres comme l'amarrage de la navette à l'ISS. Les prévisions météo pour mardi sont très similaires à celles de lundi, a indiqué le lieutenant Scott McCormick, un météorologue de la base de l'armée de l'Air de Cap Canaveral. Pour mercredi, "les prévisions météorologiques paraissent nettement meilleures... avec 60% de chance de conditions favorables".

Jeudi, en revanche, "le temps se gâte de nouveau avec seulement 40% de probabilités de bonnes conditions, a-t-il dit. La météo a affecté les trois dernières tentatives de lancement. Dimanche, les responsables de la mission avaient dû renoncer à lancer Endeavour à la fin du compte à rebours en raison d'un orage trop proche du Centre spatial Kennedy. Samedi, la Nasa avait très tôt décidé de repousser le lancement de 24 heures pour vérifier les systèmes électroniques de la navette après plusieurs impacts de foudre vendredi autour du pas de tir.

L'été, le temps en Floride est souvent instable l'après-midi, avec des orages violents et des pluies battantes qui rendent toujours incertains les lancements. Lundi, comme dimanche, les sept astronautes de l'équipage étaient installés dans la navette, prêts pour un décollage.

Le vol d'Endeavour pour une mission de 16 jours a pour principal objectif de livrer à l'ISS le dernier élément du laboratoire japonais Kibo, une plate-forme de 1,9 tonne qui servira à effectuer des expérimentations dans le vide.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion