Transports au Luxembourg – «La navette fonctionne comme un ascenseur»
Publié

Transports au Luxembourg«La navette fonctionne comme un ascenseur»

KÄERJENG - Pour l'heure, les navettes autonomes circulent avec un opérateur à l'intérieur à Contern et au Pfaffenthal. L'étape suivante a été présentée mercredi, au siège de Sales-Lentz.

Présentées mercredi à Sales-Lentz, à Käerjeng, la navette électrique du constructeur français Navya ressemble aux véhicules autonomes que la compagnie luxembourgeoise utilise à Contern et dans le Pfaffenthal. Seule différence majeure, le niveau d'autonomie qui atteint un nouveau stade. «Ici, il n'y a pas de conducteur ou d'opérateur pour faire fonctionner le véhicule», explique Georges Hilbert, directeur général de Sales-Lentz.

«Les passagers utilisent la navette autonome presque comme un ascenseur. Ils appuient sur le bouton de leur destination et disposent de 20 secondes pour s'asseoir. Le véhicule ferme la porte et se met en marche automatiquement».

Un système d'avenir qui ne peut toutefois pas encore être mis en place sur le terrain. «La législation n'autorise pas les véhicules à circuler sans conducteur», justifie Georges Hilbert. Qui est responsable en cas d'accident? Comment assurer un véhicule autonome? Qu'en est-il de la sécurité?

«Les utilisateurs sont convaincus en dix minutes»

Autant de questions qui doivent être «tranchées sur le plan juridique», poursuit le directeur, qui espère des avancées au niveau européen avec la possibilité d'avoir recours à des véhicules 100% autonomes dans les deux à quatre prochaines années.

Les personnes qui ont utilisé le nouveau système à Contern et au Pfaffenthal sont, elles, déjà séduites. «Après dix minutes de conduite, les passagers sont convaincus. En neuf mois, nous n'avons eu aucun accident». Les quelques pannes techniques sont «normales lorsqu'il s'agit d'une nouvelle technologie».

À noter que les navettes d'une autonomie de 8 heures et d'une valeur de 300 000 euros ne peuvent pas circuler lorsqu'il neige. Les capteurs se retrouveraient masqués et le véhicule serait «aveugle» indique Georges Hilbert, qui se félicite de cette mise en place «sans véritable obstacle» pour le moment.

(dm/L'essentiel)

Ton opinion