En Inde – La pauvreté est à... 38 centimes par jour

Publié

En IndeLa pauvreté est à... 38 centimes par jour

Selon la commission économique du Plan en Inde, un villageois gagnant au moins 38 centimes d'euro par jour n'est pas «pauvre», et il peut «subvenir à ses besoins en nourriture, éducation et santé».

Un tiers de la population a besoin d'aides. (AFP)

Un tiers de la population a besoin d'aides. (AFP)

La commission économique du Plan en Inde a affirmé qu'un villageois gagnant au moins 38 centimes d'euro par jour n'était pas pauvre et ne pouvait à ce titre bénéficier d'aides sociales, un chiffre contesté par les experts et bien en-deçà du seuil fixé par la Banque mondiale. Les personnes ayant un salaire quotidien de 25 roupies (environ 38 centimes d'euros) à la campagne et de 32 roupies (48 centimes) en ville ne devraient pas pouvoir bénéficier des plans d'aides gouvernementaux, a indiqué la commission au plan dans une note adressée mardi à la cour suprême.

Quiconque vivant avec un salaire supérieur à ce seuil peut subvenir à ses besoins en «nourriture, éducation et santé», a assuré l'organisme. Cette recommandation de la commission était une réponse à une requête de la cour suprême concernant une réactualisation des chiffres du seuil de pauvreté en Inde dans un contexte d'envolée des prix fragilisant encore davantage les plus défavorisés.

360 millions bénéficient d’aides alimentaires

Les derniers chiffres du seuil de pauvreté, fondés sur des niveaux de prix datant de 2004-2005, étaient de 19 roupies par jour pour un citadin et de 15 roupies pour un villageois. La révision proposée par la commission du plan, qui a été approuvée par le cabinet du Premier ministre Manmohan Singh, reste néanmoins bien loin du seuil de pauvreté de 91 centimes d'euros fixé par la Banque mondiale. Le chiffre réactualisé a été contesté par des experts qui y voient une tentative gouvernementale de réduire artificiellement le nombre de pauvres.

Tandis que la troisième puissance économique d'Asie voit grossir peu à peu les rangs de la classe moyenne, des centaines de millions de pauvres continuent de manquer de nourriture, d'électricité et d'approvisionnement en eau potable. «Lorsqu'il s'agit d'aider les pauvres, le gouvernement veut qu'il y ait aussi peu de monde que possible à bénéficier du minimum d'aides», a ainsi déclaré Biraj Patnaik, conseiller d'un organisme pour le droit à l'alimentation auprès de la cour suprême. Selon la commission au plan, environ 360 millions de personnes, soit plus d'un tiers de la population de 1,2 milliard d'habitants, bénéficient actuellement d'aides alimentaires.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion