Météo au Luxembourg - La plus grosse rafale mesurée à 97,3 km/h
Publié

Météo au LuxembourgLa plus grosse rafale mesurée à 97,3 km/h

LUXEMBOURG - Le Luxembourg a été balayé par plusieurs tempêtes en février, témoins d'une météo chaotique qui n'a toutefois pas compromis les cultures.

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 100

Le vent a soufflé fort en février.

L'hiver 2021/2022 est l'hiver des trop: trop de chaleur, trop de sécheresse dans le sud-ouest mais trop de pluie dans le nord-est. Ce sont les conclusions d'AgriMeteo, le service météorologique national de l’ASTA (Administration des services techniques de l’agriculture) du ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural.

Le mercure a fait le grand écart: après des températures glaciales un peu avant Noël, il a bondi bien au-dessus des moyennes enregistrées depuis 30 ans. Dans l'ensemble, la température moyenne a été plus haute (+1,3°C) que les précédents hivers. Notamment en février, où il a fait en moyenne 4,4°C à Luxembourg-Ville (contre 2°C habituellement) ou encore 5,5°C à Remich (contre 3,1°C). Des températures qui ont favorisé le passage des tempêtes Dudley, Eunice et Franklin: le vent a soufflé jusqu'à 97,3 km/h à Reuler le 17 février.

«Très peu de dégâts hivernaux signalés»

Côté pluie, après un déficit au mois de décembre, les niveaux enregistrés sont remontés notamment grâce à de fortes précipitations dans l'est et la partie nord du pays. À Remich, il a plu 43 mm de plus cet hiver que l'hiver dernier alors qu'à Clémency il est tombé 37 mm de moins.

Malgré toutes ces variations, «les cultures agricoles hivernales se présentent cependant dans un bon état à la fin de l’hiver», note AgriMeteo. «La plupart des céréales d’hiver ont été semées dans des conditions idéales» poursuit le service. «En raison des températures plus élevées en décembre, même les semis tardifs, qui ont suivi ceux du maïs, se sont bien implantés (...) Très peu de dégâts hivernaux sont signalés».

(mc)

Ton opinion

1 commentaire