Au Luxembourg – La police envisage de s'équiper de caméras
Publié

Au LuxembourgLa police envisage de s'équiper de caméras

LUXEMBOURG - Le ministre de la Sécurité intérieure, Étienne Schneider, envisage d'équiper les policiers de bodycams. Mais il faudra adapter la loi sur la protection des données.

Les agents de police pourraient être bientôt équipés de caméras pour filmer leurs interventions.

Les agents de police pourraient être bientôt équipés de caméras pour filmer leurs interventions.

Et si, pour se protéger des rébellions, les agents de la police grand-ducale étaient équipés de caméras filmant leurs interventions? L'idée semble intéresser le ministre LSAP de la Sécurité intérieure, Étienne Schneider. «Une telle caméra aurait pour effet de désenvenimer la plupart des situations conflictuelles et d'améliorer le cas échéant la sécurité des agents dans le cadre de leurs missions journalières», explique le ministre aux députés DP, Claude Lamberty et Max Hahn, qui l'interrogeaient sur les agressions subies par les membres de la police grand-ducale.

De 2007 à 2016, 453 policiers ont ainsi été blessés lors de rébellions pendant les interventions, dont 33 en 2016. Parmi eux, 81 ont subi des incapacités de travail de plus de 3 jours, dont 7 l'année dernière. «Les parties du corps blessées lors de ces rebellions sont en premier lieu les mains et les bras, ensuite les jambes et le visage et en dernière position, le thorax et le dos», précise le ministre.

Pas de taser envisagé

Pour les aider à se défendre, les députés évoquaient le taser, ou pistolet à impulsion électrique. «L'Unité spéciale de la police (USP) dispose depuis longtemps» d'une telle arme de défense, explique le ministre. Mais, au-delà de l'USP, «la police grand-ducale n'a, à l'heure actuelle, pas l'intention d'équiper ses agents de ce moyen» car «il faut faire un choix dans l'équipement de base d'un agent de police afin d'éviter un éventuel suréquipement dans le travail quotidien».

Reste donc la bodycam. «La police grand-ducale s'est informée auprès des polices des pays voisins et les résultats de leurs projets ont montré le caractère dissuasif de la bodycam». Mais, «la situation légale en matière de protection des données au Luxembourg interdit l'utilisation d'une telle caméra. Enregistrer des images avec du son pose des problèmes légaux», explique Étienne Schneider. Qui indique qu'une «adaptation légale est actuellement à l'étude» pour permettre «la mise en œuvre, sous certaines conditions, de telles techniques».

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Ton opinion