Manifestation à Luxembourg – La police prête à revoir son dispositif de sécurité

Publié

Manifestation à LuxembourgLa police prête à revoir son dispositif de sécurité

LUXEMBOURG – Suite à la manifestation qui a dégénéré samedi, la police grand-ducale va lancer une enquête et pourrait adapter son organisation.

manifestation contre les restrictions sanitaires
Luxembourg
04/12/2021

photo : Vincent Lescaut

manifestation contre les restrictions sanitaires
Luxembourg
04/12/2021

photo : Vincent Lescaut

Vincent Lescaut

«Le droit de manifester est indiscutable, mais ce qui s’est passé samedi dans la capitale est inacceptable, la radicalisation ne peut pas être tolérée», a lancé ce dimanche Henri Kox (Déi Gréng), ministre de la Sécurité intérieure, lors d’une conférence de presse organisée au lendemain du rassemblement contre les mesures sanitaires. Il a dénoncé le comportement «d’une petite minorité qui a pratiqué du vandalisme et a effrayé la population, notamment les familles qui se rendaient au marché de Noël». Certains ont en effet forcé l’entrée du site réservé aux titulaires d’un passe sanitaire, avant de tenter d’entrer dans la Chambre des députés.

Le dispositif policier «avait été renforcé en amont de la manifestation, au vu des informations en notre connaissance», indique Philippe Schrantz, directeur général de la police grand-ducale. Je ne peux pas vous dire comment exactement, ni combien de policiers, car il s’agit d’informations opérationnelles confidentielles», précise-t-il. Désormais, une enquête a été lancée au sein de la police pour analyser ce qui avait fonctionné samedi et ce qui doit être amélioré. «Les résultats seront connus le plus rapidement possible, probablement lundi», selon le responsable policier.

«Faire respecter les mesures aurait été difficile»

Les autorités se satisfont du fait qu’il n’y ait pas eu de blessés. «Les manifestations contre les mesures sanitaires dégénèrent régulièrement dans d’autres pays étrangers, avec des blessés. Heureusement, ce n’est pas encore arrivé chez nous», reprend Henri Kox. Le but était de «trouver un équilibre, sans réagir de manière paniquée», a avancé Thierry Fehr, directeur des opérations de la police. Les ministres Xavier Bettel et Corinne Cahen, dont les domiciles respectifs ont été visés, «ne se trouvaient pas chez eux au moment des faits et n’ont pas été mis en danger».

Lors d’un tel événement, le port du masque et la distanciation auraient théoriquement dû être imposés. Mais «faire respecter strictement ces mesures dans ce contexte est très difficile et peut même se révéler contre-productif», a indiqué le ministre écologiste. Pour la prochaine manifestation contre les mesures sanitaires, «il n’est pas impossible que le dispositif soit modifié», conclut Philippe Schrantz.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Le profil des manifestants analysé

Les autorités analysent actuellement les informations en leur possession pour tenter d’en savoir davantage sur le profil des manifestants les plus violents. Leur appartenance à des groupes radicaux n’est pas confirmée. «Il y a des soupçons selon lesquels il pourrait y avoir des influences de l’étranger, mais ce n’est pas encore tout à fait clair», a affirmé Henri Kox.

Ton opinion