Apple voit rouge – La pomme de la discorde

Publié

Apple voit rougeLa pomme de la discorde

LUXEMBOURG - Une pomme dans un logo de bistrot est au centre d'un conflit entre trois jeunes restaurateurs et Apple. La bataille contre le géant informatique profite bien aux Luxembourgeois...

Les pommes sont au menu de Jiajia Wu et ses deux associés au restaurant «Apple a day», rue Chimay.

Les pommes sont au menu de Jiajia Wu et ses deux associés au restaurant «Apple a day», rue Chimay.

L'essentiel

«L’essentiel Online» : Après l’ouverture en janvier de votre restaurant «Apple a day» près de la Place d'Armes, vous avez reçu un courrier du géant informatique Apple début avril. Pourquoi?

Jiajia Wu, une des trois jeunes associés: «Une cellule d’Apple aux Pays-Bas a dû remarquer notre dépôt de marque et a envoyé un courrier. Ils ont respecté le délai légal de trois mois pour contester. Dans un gros dossier, ils nous ont annoncé qu’on aurait une certaine période pour tout changer, notre nom «Apple a day» et notre logo qui montre une pomme.

Quelle était votre première réaction ?

Avec mes deux associés, nous étions très étonnés. Je n’en revenais pas. Je pensais que c’était une blague. Dans nos têtes, ce n’était pas du tout possible qu’Apple nous attaque. La pomme dans notre logo ne rappelle pas du tout l’informatique, elle est artisanale, pas du tout parfaite comme celle du géant des nouvelles technologies. Puis, comme on a tous une formation juridique, on avait insisté auprès de nos avocats pour qu'ils vérifient que l'on pouvait utiliser ce nom. Quand ils ont confirmé que c’était bon, on était sûr de pouvoir dormir sur nos deux oreilles.

Que comptez-vous faire ?

On espère qu’Apple accepte un arrangement à l'amiable. C’est ce qu’on leur a proposé. Nous pouvons leur garantir de ne jamais faire de l’informatique. D’ailleurs c’est drôle que ça soit Apple qui ait lui-même ce souci. Leur pomme a eux ressemblait trop à celui du producteur des Beatles, Apple Corps.

Avez-vous déjà réfléchi à un nouveau nom ?

Nous en avons discuté entre nous, mais nous avons envie de défendre jusqu’au bout notre concept. Il suffit d’imaginer le coût d’un changement: il faudrait payer une agence de communication pour développer une nouvelle stratégie, changer les logos, le nom, les t-shirts, la décoration…

Pourquoi ne pas prendre une carotte ou une poire ?

C'est la pomme qui explique le mieux notre concept de proposer de la nourriture saine et naturelle. D'abord, «Apple a day» reprend le dicton anglais «An apple a day keeps the doctor away». Et puis, la pomme reflète la nourriture saine. Quand on veut faire un régime, on pense tout de suite à manger une pomme. Je ne connais pas grand monde qui soit allergique aux pommes. La carotte, elle, est déjà utilisée par la concurrence.

Jusqu’à où êtes-vous prêts à vous battre ?

Même si je mettais tous mes avoirs personnels, on n’aurait la moindre chance de gagner contre un géant informatique. On fera de notre mieux… Je n’arrive pas à imaginer autre chose que notre pomme.

L’histoire fait parler d’elle au Luxembourg. Vous êtes passés à la télé allemande. La meilleure campagne de pub possible pour faire connaître votre restaurant...

C’est vrai qu’on en profite. L’impact est pour l’instant positif. Quelques clients sont passés pour demander comment on avançait dans l’affaire. Mais les réactions de la clientèle restent discrètes. Sur Internet, en revanche, on nous a reproché d’avoir inventé l’histoire pour faire parler de nous. Mais je vous assure que nous n’avons pas cherché tous ces problèmes pour se développer plus vite. Je ne pense d’ailleurs pas qu’Apple soit d’accord qu’on monte une campagne pareille… Nous n’irons pas titiller Apple, c'est jouer avec le feu.

Comment réagissez-vous quand un client pose son ordinateur Apple sur une de vos tables ?

Aucun problème. Nous utilisons leurs produits nous–mêmes…

sb/L'essentiel Online

Ton opinion