Tram à Luxembourg – La première rame attendue en février 2017
Publié

Tram à LuxembourgLa première rame attendue en février 2017

LUXEMBOURG - Construite chez CAF à Saragosse (Espagne), la première rame du futur tram de la capitale est en phase de test. Elle est attendue au pays en février 2017.

Le projet LuxTram se concrétise de jour en jour. Au moment où les rails du futur tram apparaissent dans les rues de Luxembourg, la première des 21 rames a été assemblée, fin novembre, dans l’usine CAF située à Saragosse, en Espagne. Désormais en phase de test pendant trois mois, cette première rame de 45 m de long et de 2,65 m de large devrait arriver au Grand-Duché en février 2017.

«18 mois après la signature du contrat, la première rame est terminée», s’est félicité, ce mercredi, Antonio Campos, directeur Zone Europe chez CAF. «Cette rame est avant-gardiste au niveau du design et du traitement des lumières. Des prises USB permettront également de recharger son téléphone. Le plus spectaculaire, ce sera l’absence de caténaires. Des batteries rechargeables à l’arrêt se trouveront dans la toiture de la rame. C’était une contrainte technique, mais nous proposons déjà ce système à Séville et à Taïwan. À Saragosse, environ 200 personnes ont travaillé sur ce projet qui va occuper notre entreprise durant plusieurs années.»

83 millions au total

Jonathan Ehrmann, chef de projet matériel roulant chez LuxTram, a précisé comment les rames seront acheminées vers Luxembourg. « CAF va couper la rame en deux à partir d’un module et ils vont la déposer sur un camion avant de franchir les Pyrénées. Quatre jours de transport seront nécessaires à ce transport exceptionnel».

Basée à Foetz depuis 1978, l’entreprise Mondo se charge quant à elle du revêtement du tram. «Nous avons produit notre première tranche en mai et les retours sont positifs», sourit Alessandro Picedi, le directeur. «Notre plancher du tram sera très facile à nettoyer. Du choix de la couleur à la livraison du produit, près de 60 personnes ont travaillé sur ce projet qui nous occupera jusque fin 2017». Au total, le coût des 21 rames est estimé à ce jour à 83 millions d’euros.

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Ton opinion