Lutte contre les inondations: La première ville flottante au monde accueillera 12 000 habitants

Publié

Lutte contre les inondationsLa première ville flottante au monde accueillera 12 000 habitants

L’entreprise de technologie Oceanix a présenté les plans d’une ville flottante et résistante aux inondations, dont la construction est prévue à Busan, en Corée du Sud. 

par
Pascal Piatkowski
Voici à quoi ressemblera la ville flottante dans le port de Busan, en Corée du Sud.

Voici à quoi ressemblera la ville flottante dans le port de Busan, en Corée du Sud.

Oceanix and BIG-Bjarke Ingels Group

Les cabinets d’architectes BIG et Samoo ont, en collaboration avec l’entreprise de technologie Oceanix, spécialisée dans la construction et la planification de villes flottantes, publié un premier aperçu d’une telle ville.

1 / 2
Les trois plateformes (qui devraient un jour être au nombre de 20) ont toutes des fonctions différentes: l’une d’entre elle est davantage destinée à l’habitat, l’autre est consacrée à la recherche et la troisième abrite des commerces et des boutiques.

Les trois plateformes (qui devraient un jour être au nombre de 20) ont toutes des fonctions différentes: l’une d’entre elle est davantage destinée à l’habitat, l’autre est consacrée à la recherche et la troisième abrite des commerces et des boutiques.

Oceanix et BIG-Bjarke Ingels Group
L’architecture  a été adaptée à la ville portuaire de Busan, afin que la ville flottante «se fonde parfaitement» dans le paysage.

L’architecture  a été adaptée à la ville portuaire de Busan, afin que la ville flottante «se fonde parfaitement» dans le paysage.

Oceanix et BIG-Bjarke Ingels Group

La ville flottante a été conçue pour le port de Busan, en Corée du Sud. Le Programme des Nations unies pour les établissements (ONU-Habitat) est également impliqué dans le projet. ONU-Habitat qualifie le projet de «premier prototype d’une ville flottante» et explique qu’il vise à aider les habitants de villes côtières menacées par la montée des eaux et les inondations.

Une capacité de 12 000 habitants

Le concept est simple: il s’agit de plusieurs quartiers reliés entre eux par des passerelles. Les trois premières plateformes ont une capacité d’accueil de 12 000 personnes, mais il est prévu de passer à plus de 20 plateformes de ce type au fil du temps. Les visualisations rappellent un peu Venise, avec les canaux entre les plateformes.

1 / 2
Comme un air de Venise en Corée du Sud: les plateformes sont reliées entre elles par des passerelles…

Comme un air de Venise en Corée du Sud: les plateformes sont reliées entre elles par des passerelles…

Oceanix et BIG-Bjarke Ingels Group
­… et les canaux confèrent un esprit méditerranéen. 

­… et les canaux confèrent un esprit méditerranéen. 

Oceanix et BIG-Bjarke Ingels Group

Les plans ont tenu compte du lieu de construction: l’architecture est adaptée au style de la zone portuaire de Busan, le but étant que la ville flottante se fonde dans le paysage. «C’est une solution pour les villes côtières non protégées. Les quartiers flottants d’Oceanix s’intègrent parfaitement à Busan, mélange unique d’ancien et de nouveau», explique Bjarke Ingels, fondateur et directeur créatif de BIG.

De l’espace pour les familles, la restauration et la recherche

D’une superficie d’environ 35 000 m², chaque plateforme aura une fonction bien précise. L’une est destinée à l’habitat, une autre est dédiée à la recherche et une autre aux loisirs et au tourisme. Le mode de construction doit aussi faire oublier aux habitants qu’ils se trouvent sur une plateforme flottante: les visualisations montrent de charmantes ruelles avec des stands de nourriture et de petites boutiques.

Dans certaines ruelles, les habitants oublieraient presque qu’ils se trouvent sur une plateforme flottante.

Dans certaines ruelles, les habitants oublieraient presque qu’ils se trouvent sur une plateforme flottante.

Oceanix et BIG-Bjarke Ingels Group

Outre les logements et les boutiques, les plateformes sont également équipées de serres et disposent même d’un parc. Oceanix devrait produire elle-même 100% de son énergie, notamment grâce à des panneaux solaires. L’installation de stations de filtrage de l’eau et d’épuration des eaux usées est également prévue. Comme l’écrit le quotidien britannique The Independent, la première phase de construction doit démarrer dès 2023.

Ton opinion

1 commentaire