La pression monte encore en Géorgie

Publié

La pression monte encore en Géorgie

Les troupes russes défendent les «nouvelles» frontières en Géorgie.

Les frontières prises d'assaut par les soldats russes, les manifestants se font entendre dans la capitale, Tbilissi. (afp)

Les frontières prises d'assaut par les soldats russes, les manifestants se font entendre dans la capitale, Tbilissi. (afp)

Les gardes-frontières russes ont commencé samedi à défendre de facto les frontières entre la Géorgie et les deux régions séparatistes géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, après l’accord signé jeudi entre la Russie et ces deux régions, ce que dénoncent les États-Unis et l’Union européenne.

Washington et Bruxelles considèrent qu’il s’agit d’une violation du cessez-le-feu et appellent au retrait des troupes russes. Ce déploiement russe intervient quelques jours à peine avant le début des exercices de l’OTAN en Géorgie, sévèrement critiqués par la Russie.

«La frontière doit être fermée, sécurisée et inaccessible aux ennemis,» a déclaré Nikolaï Lisinsky, responsable russe des frontières dans le sud de la Russie. Les frontières devraient être filmées et des drones devraient patrouiller dans le ciel mais aucun fil barbelé ne serait installé.

La Russie a annoncé son intention de construire une base maritime en Abkhazie. Moscou a continué de positionner des milliers d’hommes depuis le déclenchement du conflit avec la Géorgie le 7 août 2008.

Ton opinion