Vie privée au Luxembourg – La protection des données «très sollicitée» en 2020

Publié

Vie privée au LuxembourgLa protection des données «très sollicitée» en 2020

LUXEMBOURG – La pandémie de Covid-19 a modifié les habitudes de travail de la Commission nationale pour la protection des données (CNPD), explique sa présidente.

La digitalisation entraîne de nouveaux défis pour la protection des données.

La digitalisation entraîne de nouveaux défis pour la protection des données.

Freepik

L’arrivée du Covid-19 a modifié le travail de la Commission nationale pour la protection des données (CNPD), a expliqué celle-ci, mardi, au moment de dresser son bilan annuel. «La CNPD a elle-même basculé en télétravail, avec un logiciel sécurisé mis à disposition par le Centre des technologies de l’information de l’État (CITE). Ensuite, nous avons reçu beaucoup de sollicitations en rapport avec la pandémie», explique la présidente Tine Larsen.

Elle cite «les vidéoconférences et l’école à distance», qui ont fait que les salariés et enseignants se sont sentis «observés et filmés». «Des parents d’élèves se souciaient aussi de l’emploi de ces outils». Mais les questions les plus fréquentes concernaient «les données de santé, car les individus n’aiment pas que l’on traite leurs données», reprend Tine Larsen. Elle rappelle d’ailleurs que «l’employeur n’a pas à les traiter». Concernant le CovidCheck en entreprise, le commissaire Thierry Lallemang précise que «tout dépend des données collectées et des bases de données», le dispositif pouvant être compatible avec le cadre européen du RGPD.

La CNPD a donné son avis pour chaque loi Covid. «En juin, quand la première a été prise, nous avions très peu de temps pour réagir et cela a constitué un surcroît de travail, se remémore Tine Larsen. Heureusement, nous avions collecté des éléments auparavant, avec nos collaborateurs européens». L’instance s’est étoffée ces dernières années, avec 50 collaborateurs l’an dernier, contre 19 en 2016. «Avec le RGPD, la digitalisation, les applications 5G, etc., qui posent de nouveaux défis, nous avons eu besoin de nous renforcer», justifie la présidente.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

L’année 2020 en chiffres

• 650 demandes d’information par écrit (708 en 2019)

• 24 avis sur des projets de loi ou règlements grand-ducaux, dont huit lois Covid

• 485 réclamations individuelles, d’abord pour des demandes d’effacement (26%) et le non-respect du droit d’accès (23%).

• 379 violations de données notifiées à la CNPD

• Huit enquêtes sur place, notamment sur la vidéosurveillance et la géolocalisation

• Six enquêtes ouvertes dans le cadre d’un audit sur la transparence

Ton opinion