Buzzword – La réalité virtuelle n'emballe pas le père des métavers
Publié

BuzzwordLa réalité virtuelle n'emballe pas le père des métavers

L’auteur Neal Stephenson se montre dubitatif sur la voie des métavers empruntée par Mark Zuckerberg et son groupe Meta.

Neal Stephenson estime que Meta (ex-Facebook) a encore beaucoup de travail pour arriver à ce qu’il a imaginé dans son roman «Snow Crash».

Neal Stephenson estime que Meta (ex-Facebook) a encore beaucoup de travail pour arriver à ce qu’il a imaginé dans son roman «Snow Crash».

afp/george mason university/photomontage

C’est un peu le père spirituel des métavers dont il avait introduit le concept en 1992. Dans son roman à succès «Snow Crash», Neal Stephenson avait imaginé des méga entreprises se disputant avec le crime organisé le monde réel et le métavers, un monde généré par ordinateur accessible par des casques de réalité virtuelle.

Alors que les années ont passé depuis, l’auteur semble le premier surpris que le terme métavers soit devenu un buzzword. Même le géant du divertissement Disney s’y est mis lors de la publication de ses derniers résultats trimestriels. «Cela doit être à titre préventif pour s’assurer qu’une entreprise, Facebook, ne s’approprie pas une marque déposée. Si elle commence à lancer le terme et que personne d’autre ne le fait, elle pourrait plus tard empêcher d’autres personnes de l’utiliser», s’est avancé Neal Stephenson dans un entretien accordé à CNBC.

Pas un objet du quotidien

Bien qu’il ait été l’un des premiers auteurs à populariser l’idée de la réalité virtuelle, il ne croit pas nécessairement que les gens se retireront dans des mondes artificiels à mesure que le monde réel pourrait devenir plus difficile à vivre et servir d’échappatoire à une population déprimée.«Je ne déteste pas la réalité virtuelle, a-t-il précisé, Mais la réalité est qu’actuellement la plupart des gens n’aiment pas y traîner longtemps». Le romancier met également en avant les contraintes physiques du port d’un casque de réalité virtuelle, «C’est une chose normale pour les humains de vouloir se lever et se déplacer. C’est une chose difficile à faire dans un environnement immersif parce que vous allez marcher sur votre chat.». Cela n’empêche pas Meta (ex-Facebook) d’y travailler, la dernière version du système d’exploitation de son casque Oculus promettant de pouvoir apercevoir quand des… chats s’invitent dans le périmètre de sécurité défini pour l’utilisation de l’appareil.

Neal Stephenson est encore plus dubitatif sur la vision de Meta Platforms (ex-Facebook) et son métavers. «Tout ce que je peux faire, c’est de m’asseoir et de regarder cela avec étonnement», a-t-il déclaré, sous-entendant que la firme de Mark Zuckerberg en étant encore loin avec ses applications actuelles. Le romancier mise davantage sur la réalité augmentée, après notamment avoir conseillé la firme Magic Leap. «La question est de savoir ce qui incitera les gens à vouloir porter un tel objet toute la journée et à en faire un objet de routine à transporter. Et cela aura probablement à voir avec le fait de le rendre encore plus compact et moins intrusif à porter», a-t-il analysé. Neal Stephenson, qui assure la promotion de «Termination Schock», un roman d’anticipation sur le dérèglement climatique, a aussi rassuré ses inconditionnels en indiquant que le projet abandonné par HBO d’une série inspirée de «Snow Crash» abandonnée a été repris par la Paramount.

(L'essentiel/laf)

Ton opinion