La Russie a commencé à livrer du combustible nucléaire à l'Iran

Publié

La Russie a commencé à livrer du combustible nucléaire à l'Iran

La Russie a commencé à livrer du combustible nucléaire à la centrale de Bouchehr en Iran, a annoncé lundi le constructeur russe Atomstroïexport dans un communiqué.

"(Dimanche) 16 décembre, Atomstroïexport a commencé à livrer du combustible pour le premier chargement de la centrale de Bouchehr qui est construite en Iran par des spécialistes russes sous le contrôle de l'AIEA", l'Agence internationale de l'énergie atomique, indique le communiqué.

"Des containers de combustible préalablement scellés par des inspecteurs de l'AIEA sont arrivés sur les lieux et ont été placés dans un entrepôt spécial, sous garantie de l'AIEA, auquel un système international de «garde et de surveillance» est appliqué", précise Atomstroïexport. "La livraison se déroulera par étapes sur deux mois", ajoute-t-il. Au total, 163 blocs principaux et 17 de réserve contenant de l'uranium U-235 enrichi à 3,62% doivent être livrés pour le premier chargement.

Le ministère russe des Affaires étrangères a confirmé dans un communiqué que ces livraisons avaient commencé dimanche et qu'elles se faisaient "sous le contrôle de l'AIEA". "Tout le combustible livré se trouvera pendant toute la durée de sa présence sur le territoire iranien sous la garantie et le contrôle de l'AIEA", a déclaré le ministère dans un communiqué. "La partie iranienne a, en complément, présenté des garanties écrites que ce carburant serait utilisé exclusivement pour la centrale de Bouchehr", ajoute-t-il.

La Russie et l'Iran avaient annoncé jeudi être tombés d'accord sur un calendrier pour l'achèvement de la centrale nucléaire de Bouchehr (sud de l'Iran) qui inquiète les Occidentaux. La livraison du combustible doit commencer six mois avant la mise en service.

L'achèvement de Bouchehr - un projet que la Russie a repris à l'allemand Siemens en 1994 - a été retardé à de multiples reprises sur fond de tensions autour du programme nucléaire iranien, les Occidentaux craignant qu'il ne dissimule un projet militaire. La mise en service de la centrale, convenue in fine pour l'automne 2007, a depuis été repoussée à 2008, les Russes ayant invoqué des problèmes de financement du côté iranien, démentis par Téhéran..

La centrale nucléaire de Bouchehr dans le sud de l'Iran, à laquelle la Russie a commencé à livrer du combustible, est la première de la République islamique.

Contrairement à l'installation d'enrichissement d'uranium de Natanz, ou à la future centrale nucléaire à eau lourde d'Arak, celle de Bouchehr n'est pas considérée a priori comme un facteur de prolifération.

Moscou a en effet conclu un accord avec Téhéran spécifiant que le combustible russe destiné à l'alimentation de la centrale soit renvoyé en Russie une fois utilisé.

Ton opinion