Télévision – La saga de l'été trempera dans le médiéval
Publié

TélévisionLa saga de l'été trempera dans le médiéval

«Inquisitio»
est la série de l'été de France 2. Son réalisateur nous parle de cette
création ambitieuse.

La réalisation, le scénario, les dialogues… vous avez tout fait?

Nicolas Cuche: Ce projet, je l'ai longtemps porté en moi. Cela a été un gros travail, un gros investissement… Mais je ne me voyais pas laisser partir ce film dans d'autres mains.

Pourquoi avoir choisi le Moyen Âge?

«Inquisitio», je l'ai pris comme un film de science-fiction. On est dans l'inconscient collectif. Personne ne connaît la réalité sur cette époque, ce qui m'a laissé une grande liberté d'interprétation! Le Moyen Âge, le Grand Schisme, la Grande Peste, toutes ces choses se sont imposées à moi… Il a fallu alors convaincre un producteur, un diffuseur, et France 2 nous a permis de créer cette folie!

Vous, le spécialiste des séries télé contemporaines («Joséphine ange gardien» ou «Flics»), vous avez fait là un grand bond dans l'histoire…

Je voulais surtout que ce soit distrayant, épique, avec du sens. Je voulais faire un thriller et montrer aussi un monde archaïque qui essayait de résister… Dans tout cela, le pari a été d'imposer une vraie part de création et de traiter intelligemment la montée du fanatisme, du terrorisme… Ça a demandé quatre ans de travail: deux ans et demi pour l'écriture, six mois de tournage et une année de préparation pour l'intendance, le casting, le financement...

On va sans doute dire que vous avez voulu faire un «Nom de la rose» pour la télé…

J'ai voulu éviter un piège: faire une série sur le Moyen Âge un peu vieillotte. J'ai voulu créer une modernité, avec une puissance visuelle. Mais si on doit parler d'inspiration, alors «Le Nom de la rose» m'a peut-être inspiré, mais pas plus qu'un jeu vidéo comme «Assassin's Creed».

«Inquisitio»
France 2, les mercredis,
à 20 h 35.

Ton opinion