Télévision – La saga Millenium arrive sur Canal+

Publié

TélévisionLa saga Millenium arrive sur Canal+

Après le cinéma, la télé! Best-seller mondial, la saga Millenium fait l'objet de six films de 90 minutes.

La star des médias suédois Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander, le petit génie de l’informatique, débarquent sur Canal+ dans la série Millénium adaptée de la trilogie de Stieg Larsson devenue un best-seller mondial.

À l’origine, l’adaptation des trois livres était prévue pour la télévision. Mais le premier, «Les hommes qui n’aimaient pas les femmes», a été exploité au cinéma en 2009 sous le nom de «Millénium». La série que va diffuser Canal+ est composée de six films de 90 minutes. C’est l’acteur suédois Michael Nyovist qui incarne le personnage clé de «Super Blomkvist».

«C’était magnétique»

«Pour être honnête, au début, j’avais peur du projet», reconnaît-il aujourd’hui. «Je pensais que c’était un peu de la camelote commerciale: si vous avez manqué les livres, regardez le film, achetez les tee-shirts...» Puis il rencontre le réalisateur Niels Arden. Celui-ci le convainc en affirmant qu’il ne s’agit pas de refaire les livres, mais d’être dans l’univers même de Stieg Larsson. Michael Nyovist achète la trilogie et la lit en quatre jours. «C’était magnétique», dit-il.

Le tournage a duré un an et demi. Pour garder leur curiosité en éveil, l’acteur confie n’avoir jamais déjeuné avec Noomi Rapace, alias Lisbeth, ni même avoir échangé de SMS avec elle.
Pour lui, la série TV est plus complexe que le film, les relations entre Erika (la patronne du magazine Millénium) et Mikael sont détaillées.

L'auteur n'aura pas connu la gloire

«Il y a plus de choses autour de la solitude, plus de sexe aussi, du sexe violent». Au delà de l’intrigue policière et de sa noirceur, la trilogie offre une peinture sans concession de la société moderne, en abordant comme thèmes la mondialisation, les magouilles économiques, les notables pourris, la menace fasciste, le trafic de femmes, le monde psychiatrique.

L’auteur de «Millenium», Stieg Larsson, n’aura jamais connu la gloire. Il est mort d’une crise cardiaque fin 2004, peu après avoir remis ses manuscrits à la maison d’édition suédoise Norstedts.

Ton opinion