Concert au Luxembourg – La scène, «mélange d'incertitude et de joie»

Publié

Concert au LuxembourgLa scène, «mélange d'incertitude et de joie»

BELVAL - Le Luxembourgeois Serge Tonnar remonte sur scène, vendredi, avec une jauge exceptionnelle de 1 000 personnes, dans le cadre d'un concert pilote.

Claude Piscitelli

L’essentiel: Comment vous sentez-vous à l’idée de rejouer sur une grande scène?

Serge Tonnar: Je touche du bois pour que ce ne soit pas annulé, car si un des musiciens est positif d’ici là, nous serons tous en quarantaine. Mais c’est une vraie joie pour nous tous. Un mélange d’incertitude et de joie. On ne sait plus vraiment comment ça fonctionne (rires). Les conditions seront spéciales, la jauge sera de 1 000 personnes mais assises avec distance, donc les gens ne pourront pas danser. Ce sera un vrai défi.

Vous serez accompagnés de quatre autres musiciens.

Oui, nous avons fait trois concerts avec cette formation l’an dernier, et j’ai enregistré la dernière chanson avec eux. À la fin du projet Legotrip en 2019, j’ai cherché ces nouvelles collaborations, mais il est difficile d’établir des plans pour l’avenir actuellement.

Que nous réservez-vous pour ce show?

Ce sera déjà spécial de rejouer une heure trente devant du public. Nous proposerons trois nouvelles chansons, en plus de celles d’avant avec Legotrip, revisitées avec de nouvelles sonorités, avec le son plus chaud de la contrebasse, l’accordéon et les claviers.

Comment imaginez-vous les concerts dans le monde d’après?

Concernant les prochains mois, c’est l’incertitude. J’étais un des seuls musiciens indépendants au Luxembourg, en proposant des concerts en dehors des scènes classiques, comme le chapiteau, les bistrots ou les églises. Mais je suis devenu dépendant des offres du secteur culturel. Si l’on doit continuer à jouer dans des conditions spéciales, je ne sais pas si je vais poursuivre. Mon métier consiste à faire passer des moments agréables et conviviaux.

Comment avez-vous traversé cette année à titre personnel?

Il y a eu des hauts et des bas. Lors du premier confinement, j’avais plein d’énergie pour me battre contre cette réalité. Des programmes en ligne ont été créés, des plateformes afin de continuer à atteindre le public. Mais j’ai négligé mon propre travail, ce qui m’a un peu déprimé.

(Recueilli par Cédric Botzung/L'essentiel)

Serge Tonnar, concert vendredi, 20h à la Rockhal. Billets à 11 et 22 euros en prévente sur le site Internet de la salle.

(photo: Claude Piscitelli)

Ton opinion