La Sibérie, dernière punition pour un délinquant allemand

Publié

La Sibérie, dernière punition pour un délinquant allemand

Les services allemands de la jeunesse ont indiqué jeudi avoir envoyé un délinquant de 16 ans en Sibérie, une mesure radicale pour «le remettre sur le droit chemin et lui apprendre à vivre».

(afp)

(afp)

L'adolescent se trouve depuis six mois à Sedelnikovo, un village reculé de Sibérie, où il a dû construire ses propres latrines dans un jardin et où il doit couper du bois pour se chauffer par des températures qui peuvent atteindre en hiver -55 degrés Celsius.

Le jeune homme "n'a pas de casier judiciaire antérieur et n'est pas un bagarreur qui s'en prend aux retraités dans les métros" mais "il a des difficultés à contrôler son agressivité", a indiqué le responsable des services de la jeunesse de Giessen, dans la Hesse (centre), Peter Heydt. "Dans son cas, le plus judicieux est d'avoir recours à la pédagogie comportementale", a-t-il dit.

Le jeune doit être rapatrié "fin février ou début mars" en Allemagne où "il partagera un appartement avec un éducateur, sera scolarisé pour suivre ensuite si possible une formation", a précisé M. Heydt. Les services sociaux estiment qu'après son retour au pays, l'adolescent devra être suivi encore deux à deux ans et demi.

Selon M. Heydt, le coût de la "rééducation" de l'adolescent y compris les frais de l'éducateur, qui le surveille, est de 150 euros par jour, "comparable aux dépenses dans un établissement spécialisé en Allemagne".

En 2006, quelque 600 délinquants allemands ont été envoyés à l'étranger - hors Union européenne - pour des expériences de rééducation, mais ces placements sont controversés. Quatre-vingts pour cent d'entre eux étaient passés par les structures de rééducation en Allemagne, sans succès.

Il y a quatre ans un jeune adolescent avait assassiné son accompagnateur en Grèce, et, en 2005, un jeune de 17 ans avait disparu pendant plusieurs semaines au Kirghizstan.

Le ministre-président de Hesse, Roland Koch, un conservateur, a fait de la lutte contre la criminalité des jeunes son cheval de bataille pour les élections régionales du 27 janvier, appelant notamment au placement de délinquants dans des "camps de redressement".

Ton opinion