Manifestations violentes – La situation vire à l'émeute à Hong Kong

Publié

Manifestations violentesLa situation vire à l'émeute à Hong Kong

De nouvelles manifestations ont dégénéré dimanche dans le territoire autonome. D'importantes dégradations ont été commises, des blessés sont à déplorer.

Hong Kong police advance on protesters during clashes the Wanchai district in Hong Kong on October 6, 2019. - A Hong Kong judge on October 6 rejected a challenge to an emergency law criminalising protesters wearing face masks as democracy activists hit the streets again in defiance of the ban despite half the city's subway stations remaining closed. (Photo by Nicolas ASFOURI / AFP)

Hong Kong police advance on protesters during clashes the Wanchai district in Hong Kong on October 6, 2019. - A Hong Kong judge on October 6 rejected a challenge to an emergency law criminalising protesters wearing face masks as democracy activists hit the streets again in defiance of the ban despite half the city's subway stations remaining closed. (Photo by Nicolas ASFOURI / AFP)

AFP/Nicolas Asfouri

De nouvelles violences ont secoué dimanche Hong Kong où des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie ont bravé l'interdiction de défiler le visage masqué. Par une pluie battante et alors qu'une bonne partie des stations de métro restaient fermées depuis la veille, des foules imposantes ont défilé notamment dans les quartiers du centre de l'île de Hong Kong et, de l'autre côté de la baie, sur la presqu'île de Kowloon. Les manifestants protestaient contre l'utilisation de pouvoirs d'urgence par le gouvernement pour interdire le masque dans les rassemblements publics.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et de nouvelles échauffourées ont opposé des policiers à des manifestants qui tentaient d'ériger des barricades de fortune. Un chauffeur de taxi a été battu jusqu'au sang dans le quartier de Sham Shui Po, après avoir heurté deux manifestantes avec sa voiture. Des bureaux gouvernementaux voisins avaient été saccagés auparavant. Dans toute la ville, de nombreuses banques chinoises et stations de métro ont été vandalisées.

Métro très perturbé

En soirée, un drapeau d'avertissement a été hissé sur le toit d'une caserne de l'Armée populaire de libération qui avait été visée par des rayons laser des manifestants, selon la chaîne hongkongaise RTHK. C'est le troisième jour consécutif de flashmobs et d'actions non autorisées depuis la décision vendredi de la cheffe de l'exécutif de Hong Kong Carrie Lam d'invoquer une loi d'urgence pour interdire aux manifestants de dissimuler leur visage. Le soir-même, cette décision avait débouché sur des violences et des dégradation.

Hong Kong traverse depuis quatre mois sa pire crise politique, avec des manifestations quasi-quotidiennes pour dénoncer le recul des libertés, ainsi que la mainmise grandissante du gouvernement chinois sur les affaires de sa région semi-autonome, et exiger des réformes démocratiques. Alors que les métros n'avaient pas circulé samedi, 45 stations étaient ouvertes dimanche. La ville de 7,5 millions d'habitants est extrêmement dépendante de son métro, l'un des plus performants au monde, qui transporte en temps normal quatre millions de passagers par jour.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion