«SNCB Gate» – La SNCB soutient la thèse de l'erreur humaine
Publié

«SNCB Gate»La SNCB soutient la thèse de l'erreur humaine

Alors que la commission de protection de la vie privée doit se réunir ce vendredi après-midi, les responsables des chemins de fer belges devraient se retrancher derrière l'hypothèse de la bévue.

Parmi le fichier publié par la SNCB se trouvent les données privées de quelque 3 700 résidents luxembourgeois.

Parmi le fichier publié par la SNCB se trouvent les données privées de quelque 3 700 résidents luxembourgeois.

L'essentiel

Une simple erreur humaine. Telle devrait être la thèse défendue ce vendredi après-midi par les responsables de la SNCB devant la commission de protection de la vie privée, affirme vendredi La Libre Belgique. Une affirmation basée sur les conclusions du rapport interne des chemins de fer belges, commandé en urgence par le ministre en charge des Entreprises publiques, Paul Magnette, après la divulgation sur la Toile d'un fichier contenant quelque 1,5 million de noms de clients. Dont quelque 3 700 résidents luxembourgeois.

Selon le quotidien belge, la piste la plus probable retenue à l'heure actuelle par l'opérateur ferroviaire est celle de la «boulette» technique d'un employé de la SNCB Europe. Ce salarié, qui a été identifié, n'aurait pas eu d'intention malveillante mais aurait «simplement appuyé sur le mauvais bouton au mauvais moment», selon une source interne de la SNCB, cité par la Libre Belgique. Pour éviter une nouvelle mésaventure de ce genre, l'entreprise publique belge assure d'ailleurs travailler à la mise en place de nouvelles mesures de sécurité pour éviter que de telles erreurs se reproduisent à l'avenir. À l'heure actuelle, quelque 1 700 plaintes ou demandes d'information de clients ont été déposées auprès de la commission de protection de la vie privée en Belgique.

(Jmh/L'essentiel Online)

Ton opinion