Transport ferroviaire – La SNCF augmente le prix de ses amendes

Publié

Transport ferroviaireLa SNCF augmente le prix de ses amendes

Amendes augmentées et contrôles renforcés, la SNCF veut lutter contre la fraude, qui lui coûte chaque année 300 millions d'euros, et a présenté vendredi un vaste plan de chasse aux resquilleurs.

Les contrôles vont être renforcés à l'intérieur des trains SNCF.

Les contrôles vont être renforcés à l'intérieur des trains SNCF.

Le tarif de l'amende, qui n'avait pas été revalorisé depuis 2003, passe, à partir du 2 mars, de 35 à 50 euros, et celle-ci pourra être majorée jusqu'à 375 euros. «L'objectif est de rendre les montants plus dissuasifs», a expliqué Maud Bailly, directrice des trains. Cette hausse va s'accompagner de contrôles accrus, prévient la SNCF, tant à bord des trains, où les voyageurs pourront être contrôlés plusieurs fois au cours du trajet, qu'à quai, au départ et à l'arrivée. Maud Bailly évoque des «méthodes de contrôle plus agiles et plus efficaces».

La SNCF mène parallèlement une réflexion pour développer des portiques de contrôles à l'entrée des quais, avec l'objectif de les développer sur les principales destinations TGV d'ici 2017, et d'étudier avec les régions leur pertinence pour les TER et Intercités. La fraude coûte chaque année 300 millions d'euros à la SNCF, et, plus largement, aux régions et à l'État, soit «une dizaine de TGV neufs, trente TER neufs, 15 kilomètres de voies nouvelles, ou encore 150 kilomètres de rénovation de lignes classiques», compare Alain Le Vern, en charge des régions et Intercités à la SNCF.

Le sujet avait été évoqué par le gouvernement en juin, lors d'un comité national pour la sécurité dans les transports. Le secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a récemment réaffirmé qu'il figure parmi ses priorités pour 2015. Sont particulièrement visés par le plan de la SNCF, les "multi-fraudeurs", qui préfèrent être verbalisés de temps à autre plutôt que de payer un billet à chaque trajet. Pour entrer dans cette catégorie, cinq procès-verbaux suffisent désormais, au lieu de dix, ce qui fait passer le nombre de multi-fraudeurs de 22 000 à 52 800. Quant au dépôt de plaintes par la SNCF, il deviendra systématique.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion