Transaction immobilière – La SNCF cède plusieurs milliers de logements

Publié

Transaction immobilièreLa SNCF cède plusieurs milliers de logements

La SNCF va vendre le gros d'un portefeuille de 4 000 logements, à un groupement d'acteurs publics et privés, pour un montant proche de 1,4 milliard d'euros.

La SNCF a décidé de vendre des actifs immobiliers, afin de financer des investissements.

La SNCF a décidé de vendre des actifs immobiliers, afin de financer des investissements.

AFP

Le géant ferroviaire public, deuxième propriétaire foncier français après l'État en tant que tel, a engagé «la mise en vente d'une participation majoritaire de 80% dans la société foncière Vesta, (...) propriétaire de 4 000 logements» à la suite d'un appel d'offres lancé en début d'année, annonce-t-il dans un communiqué commun avec les acquéreurs. Ces derniers constituent un consortium composé d'acteurs publics et privés: la Caisse des dépôts, bras financier de l'État via sa filiale CDC Habitat, les deux caisses de retraites du public - l'Erafp et l'Ircantec -, la foncière allemande Vonovia et l'assureur suisse Swiss Life.

Le communiqué ne précise pas le montant de l'opération mais une source proche du dossier a rapporté qu'il était «proche de 1,4 milliard d'euros». La SNCF avait expliqué en avril, par la voix de son président Guillaume Pepy, qu'elle allait vendre des actifs immobiliers afin de financer des investissements. À part les gares et les rails, le groupe détient des sites très variés - entrepôts, bureaux, postes d'aiguillage - regroupés depuis 2015 dans SNCF Immobilier.

Parmi ces actifs, le groupe gère 100 000 logements, regroupés dans l'entité ICF Habitat. S'il s'agit à 90% de logements sociaux - dont la SNCF ne compte pas se séparer -, sa filiale Novedis, qui possédait Vesta, est spécialisée dans l'habitat libre ou intermédiaire. À l'issue de la cession des 80% de Vesta, qui doit être finalisée d'ici la fin de l'année, la SNCF en gardera le cinquième restant et la gestion de l'ensemble, dont les logements sont destinés en priorité aux employés du groupe ferroviaire.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion