Comme au Luxembourg – La Suisse réfléchit aussi à des crèches gratuites

Publié

Comme au LuxembourgLa Suisse réfléchit aussi à des crèches gratuites

LUXEMBOURG/BERNE - Lancée mardi par un pédiatre suisse, l'idée d'arriver à ne pas faire payer la garde des enfants pour faciliter l'accès au marché du travail fait débat. Tout comme au Grand-Duché.

En Suisse, comme au Luxembourg, la problématique du coût des crèches se trouve propulsée dans l'actualité politique.

En Suisse, comme au Luxembourg, la problématique du coût des crèches se trouve propulsée dans l'actualité politique.

Keystone

La Suisse va-t-elle prendre la même voie que le Luxembourg en matière de garde d'enfants? Alors que la coalition gouvernementale avait d'ores et déjà entériné, dans son accord de coalition, le principe de la gratuité des crèches «à moyen terme», la question se pose également au sein de la Confédération helvétique. Dans une interview publiée mardi, le pédiatre alémanique, Remo Largo, estime que cette solution est «l'unique moyen pour concilier la vie de famille et le travail».

Une idée qui a rebondi mercredi sur le plan politique, puisque reprise par une élue écologiste bernoise. Aline Trede demande ainsi un changement du système éducatif helvète pour permettre notamment aux femmes disposant d'une bonne formation de continuer à travailler, «car le système actuel ne le permet pas, ce n'est pas rentable financièrement pour elles». Même si la question du coût reste encore à débattre, l'élue souhaite pousser plus loin la logique et la mise en place de crèches ouvertes 24h/24 pour garantir une structure d'accueil dont les parents travaillant à des horaires irréguliers pourraient profiter».

Au Luxembourg, le débat ne porte pas tant sur la gratuité des structures d'accueil pour les enfants en bas âge que sur le mode de financement. En juillet dernier, Xavier Bettel avait indiqué qu'une contribution de 0,5% serait prélevée sur l'ensemble des revenus pour assurer la pérennité de cette mesure qui sera effective au 1er janvier prochain pour le prélèvement. Pas pour sa mise en place. Une décision qui fait grincer pas mal de dents au Grand-Duché, à en croire un sondage publié fin octobre, qui indiquait que 71% des résidents y étaient opposés.

(Jmh/L'essentiel)

Modèle suisse importé?

Au mois de janvier dernier, Xavier Bettel avait indiqué que la réforme des allocations familiales dévoilée au cours des derniers mois se basait à la fois sur une étude de l'OCDE, mais aussi sur une étude suisse. Baptisée «Le coût des enfants en Suisse» et datant de 2009, cette dernière indique notamment que «l'augmentation des coûts due à l'arrivée d'un enfant n'est pas linéaire, ni proportionnelle et qu'elle est nettement plus faible pour le deuxième et pour le troisième enfant».

Ton opinion