Union européenne – La supervision bancaire devra encore attendre
Publié

Union européenneLa supervision bancaire devra encore attendre

Les ministres européens des Finances n'ont pas réussi à se mettre d'accord mardi sur un mécanisme unique de supervision bancaire pour la zone euro. Ils ont rendez-vous le 12 décembre.

Les ministres des Finances de l'Union européenne se retrouveront le 12 décembre pour tenter d'aboutir. Ici Michael Noonan, ministre irlandais des Finances, et Jutta Urpilainen, son homologue finlandaise.

Les ministres des Finances de l'Union européenne se retrouveront le 12 décembre pour tenter d'aboutir. Ici Michael Noonan, ministre irlandais des Finances, et Jutta Urpilainen, son homologue finlandaise.

AFP

«Je pense que nous approchons d'un accord», a déclaré le ministre chypriote, Vassos Shiarly, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, après quatre heures de discussions sur le sujet. Mais «il reste quelques problème», a-t-il reconnu, citant en particulier «la répartition du travail entre la Banque centrale européenne et les autorités nationales de supervision». «Il ne manque qu'un peu de temps», a assuré le ministre, souhaitant aboutir à un accord avant le sommet européen des 13 et 14 décembre.

La mise en place d'une supervision commune des banques de la zone euro, confiée à la Banque centrale européenne (BCE) avec l'appui des superviseurs nationaux, est la première étape de l'union bancaire souhaitée par les dirigeants européens pour empêcher de nouvelles crises. Les ministres des Finances de l'UE se réuniront donc le 12, à la veille du sommet, a indiqué peu après la présidence chypriote.

Supervision d'un côté, politique monétaire de l'autre

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a insisté sur la nécessité de séparer strictement les fonctions de la BCE: supervision d'un côté et politique monétaire de l'autre. La BCE, comme la Commission européenne, a assuré que cela pourrait se faire sans changement de traité. La réunion des ministres des Finances européens se poursuivait mardi sur d'autres sujets, notamment la mise en œuvre de la nouvelle réglementation bancaire dite de «Bâle III». Cette réglementation vise à renforcer la capacité des banques à faire face à des crises futures, notamment en augmentant leurs fonds propres.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion