Ventes en hausse – La surchauffe immobilière se poursuit en Chine

Publié

Ventes en hausseLa surchauffe immobilière se poursuit en Chine

Les indices macro-économiques concernant l'économie chinoise témoignent de certaines turbulences. Les derniers chiffres sur l'immobilier le prouvent.

Les ventes de logements ont bondi de plus de 40% sur les 10 premiers mois de 2016.

Les ventes de logements ont bondi de plus de 40% sur les 10 premiers mois de 2016.

AFP

La surchauffe du secteur immobilier chinois s'est poursuivie en octobre, mais les ventes de détail, autre moteur de croissance du géant asiatique, se sont essoufflées, illustrant les déséquilibres et la conjoncture toujours précaire de la deuxième économie mondiale. Les ventes de détail, baromètre de la consommation des ménages, ont progressé le mois dernier de 10% sur un an, contre une hausse de 10,7% en septembre, a indiqué lundi le Bureau national des statistiques (BNS).

Cet essoufflement est alarmant à l'heure où le pays est engagé dans un rééquilibrage compliqué en faveur de la consommation intérieure. Les services constituent désormais plus de la moitié du PIB chinois, tandis que les piliers traditionnels de l'activité (industrie, commerce extérieur) patinent. Ainsi, la production industrielle a gonflé en octobre de 6,1% sur un an, au même rythme que le mois précédent mais moins qu'anticipé, le secteur restant plombé par une demande terne (comme en témoigne le plongeon des exportations) et par de colossales surcapacités. «Il faudra attendre les statistiques (des ventes de détail) des prochains mois, mais cela pourrait signifier que la part de la consommation intérieure dans la croissance diminue», observe Andrew Collier, analyste indépendant basé à Hong Kong.

Flambée des prix

Le ralentissement peut cependant s'expliquer «par une base de comparaison défavorable: il y a un an, les ventes de détail étaient dopées par des rabais fiscaux sur les ventes automobiles», tempère Yang Zhao, analyste de Nomura. D'autre part, selon lui, la croissance économique chinoise devrait rester soutenue d'ici à la fin de l'année par la robustesse du marché immobilier et du secteur de la construction, où la fièvre persiste. Les investissements dans l'immobilier ont gonflé de 6,6% sur les 10 premiers mois de l'année. Les ventes de logements ont bondi de plus de 40% sur les 10 premiers mois de 2016. En octobre, la surface totale vendue était en hausse de quasiment 27% sur un an, nourrissant la flambée des prix.

Les investissements immobiliers devraient finir par fléchir début 2017, mais «la croissance des investissements publics dans les infrastructures pourrait prendre le relais», ajoute M. Zhao. Pékin s'y efforce déjà: les investissements en capital fixe, qui concernent notamment les projets d'infrastructures, ont gonflé en Chine de 8,3% sur les 10 premiers mois de 2016. Le régime communiste dit viser un modèle de croissance plus durable, mais la transition s'avère douloureuse: après être tombée à son plus bas niveau depuis un quart de siècle en 2015 (+6,9%), la croissance chinoise n'a résisté cette année que grâce à l'envolée du crédit et à une inquiétante bulle immobilière... soit de vieilles recettes.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion