Taxe au Luxembourg – La taxe carbone fait grimper les prix à la pompe

Publié

Taxe au LuxembourgLa taxe carbone fait grimper les prix à la pompe

LUXEMBOURG – La hausse de la taxe carbone, le 1er janvier, a provoqué une nouvelle augmentation des prix des carburants. Elle s'est appliquée dès samedi.

Très bas en 2020, les prix des carburants ont nettement augmenté en 2021.

Très bas en 2020, les prix des carburants ont nettement augmenté en 2021.

Editpress/Archives/AlainRischard

L’année a débuté par une mauvaise nouvelle pour les automobilistes. Le prix du litre de diesel a progressé de 2,9 centimes samedi, pour s’établir à 1,382 euro. Même tendance pour les sans plomb 95 et 98 (1,475 et 1,553 euro), qui voient leurs prix progresser de 3,3 centimes. Ces changements sont liés à l’augmentation de la taxe carbone, portée de 20 à 25 euros la tonne de CO2 au 1er janvier. Les accises sur l’essence passent de 516,31 à 527,15 euros les 1 000 litres (+1,084 euro le litre). Pour le diesel, elles s’établissent à 416,54 euros, au lieu de 404,42 euros jusqu’à présent (+1,212 euro). À ces hausses s’ajoutent les 17% de TVA, qui s’appliquent aussi sur les accises.

La modification de la taxation s’ajoute aux hausses quasi ininterrompues constatées depuis le début de l’année 2021, liées à la reprise économique mondiale, qui a provoqué des tensions sur les marchés. Entre le 1er janvier 2021 et le 1er janvier 2022, les prix à la pompe ont progressé de 33% pour les sans plomb 95 et 98, de 36% pour le diesel. Les cours mondiaux étaient cependant encore très bas fin 2020, après avoir atteint des planchers pendant le confinement.

Des demandes de report

La hausse de la taxe carbone a été maintenue malgré ce contexte de hausse des prix. Lors de son discours sur l’état de la Nation, le Premier ministre Xavier Bettel avait mis en avant l’urgence climatique. «Nous n’avons plus de temps à perdre. Nous n’allons pas faire de pas en arrière, nous maintenons les incitations», avait déclaré le chef du gouvernement, le 12 octobre.

Le gouvernement, qui souligne que des dispositifs sociaux sont mis en place, a maintenu son calendrier, qui prévoit une nouvelle hausse de cinq euros par tonne dans un an. Les acteurs du secteur ont récemment alerté sur le risque d’enrayer la reprise économique. De son côté, l’Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC) avait regretté un coup porté au pouvoir d’achat et demandé le report de la hausse de la taxe.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion