Taxe sur les transactions – La taxe Tobin touche à son but

Publié

Taxe sur les transactionsLa taxe Tobin touche à son but

La taxe Tobin, censée prélever entre 0,05 et 1% sur les transactions financières pour aider les pays pauvres, et dont la France et l'Allemagne prônent la création, pourrait être instaurée «maintenant».

La taxe rapporterait 12 milliards par an si la France venait à l'adopter.

La taxe rapporterait 12 milliards par an si la France venait à l'adopter.

AFP

La taxe sur les transactions financières, dite «Tobin», peut être instaurée «ici et maintenant», ont plaidé mercredi ses promoteurs réunis à Paris, même si des divergences émergent sur l'affectation des futures recettes. «Il faut maintenant passer de la parole aux actes», a lancé Irina Bokova, la directrice générale de l'Unesco, qui accueillait un colloque sur ce sujet.

Les associations d'aide aux pays pauvres, qui se battent depuis des années, souvent seules, pour la mise en place de la taxe Tobin dans laquelle elles voient une manne potentielle pour le développement, n'ont jamais été aussi près du but.
La présidence française du G20 en a fait une priorité. Et, face à l'hostilité de pays comme les États-Unis, Paris s'est allié à Berlin pour défendre sa création au niveau de l'Union européenne - Bruxelles doit formuler une proposition dans les prochaines semaines. La France est prête à démarrer «avec un groupe de pionniers», a confirmé son ministre de la Coopération, Henri de Raincourt.

La taxe a d'ailleurs reçu le soutien plus inattendu du régulateur des marchés financiers français, Jean-Pierre Jouyet: «Il n'y a aucun risque que cela mette à mal le financement de l'économie réelle», puisque les transactions financières représentent soixante fois la richesse mondiale.

Ton opinion