Sortie ciné – La température monte au coeur de Nueva York!
Publié

Sortie cinéLa température monte au cœur de Nueva York!

Trois ans après la ribambelle d’Asiatiques de «Crazy Rich Asians», Jon M. Chu met en scène le musical «In the Heights», fiesta latina dans la Grande Pomme.

Dans le quartier haut en couleur de Washington Heights, à New York, Usnavi (Anthony Ramos) vend sodas, billets de loterie et autres cafés tout en rêvant de séduire Vanessa (Melissa Barrera), aspirante styliste, et de retourner à la République dominicaine de son enfance (ce qui explique partiellement le titre français du film, «D’où l’on vient»).

Benny (Corey Hawkins) est épris de Nina (Leslie Grace), qui n’arrive pas à faire comprendre à son père qu’elle veut renoncer à ses études à Stanford. Autour d’eux gravitent des marchands de glace, des coiffeuses exubérantes, des «abuelas» nostalgiques. Et beaucoup de zique.

Car dans «In the Heights», adapté d’une comédie musicale qui a triomphé à Broadway, on chante et on danse à qui mieux mieux. Un bric-à-brac de rap freestyle et de salsa qui frise parfois la cacophonie, entre morceaux de groupe et duos ou solos.

Multiplier les sujets, quitte à les survoler

La mise en scène pioche allègrement dans les classiques du genre, des ballets aquatiques à la Esther Williams mâtinés d’inclusivité aux chorés façon «Sexy Dance».

Le film accumule les thèmes jusqu’à plus soif, et les survole beaucoup: nostalgie et appel de l’ailleurs, héritage du passé et choix difficile d’un avenir quand on n’a pas la bonne couleur, les bons droits…

Chanter et danser riment avec durée prolongée. Les 2h23 d’«In the Heights» sont loin de faire vibrer comme les 2h08 de «La La Land». Mais ils tromperont l’attente du «West Side Story» de Spielberg, prévu en décembre 2021.

«In the Heights (D’où l’on vient)», de Jon M. Chu. Note: **

(L'essentiel/Catherine Magnin)

Ton opinion