Etats-Unis – La tension monte entre les camps de Biden et de Harris
Publié

États-UnisLa tension monte entre les camps de Biden et de Harris

Agacée par ce qu’elle considère comme un dysfonctionnement profond, la Maison-Blanche a lâché Kamala Harris et son équipe. Dans le camp de la vice-présidente, la frustration grandit.

Les deux équipes ne se comprennent plus.

Les deux équipes ne se comprennent plus.

AFP/Roberto Schmidt

Un an après l’élection de Joe Biden et de Kamala Harris à la tête des États-Unis, l’euphorie est brutalement retombée au sein du gouvernement. Selon CNN, «l’exaspération» se fait sentir dans les plus hautes sphères, autant dans le camp du président qu’au sein de l’équipe de la vice-présidente.

L’aile ouest de la Maison-Blanche serait «usée» par les dysfonctionnements répétés au sein du cabinet Harris, tandis que celui-ci reproche à l’administration Biden de ne pas donner davantage de travail et de visibilité à la vice-présidence.

Il faut dire que la pression pesant sur les épaules de Kamala Harris est énorme. La première vice-présidente de l’histoire des États-Unis n’est qu’à environ un an du lancement de sa propre campagne présidentielle, une candidature de Joe Biden à sa propre réélection semblant de plus en plus improbable, malgré les promesses de l’intéressé. Mais dans son entourage, on évite de faire allusion à toute ambition politique, tant le camp de Biden est sensible aux signes de déloyauté.

«Kamala Harris est une leader mais elle n’est pas mise en position de diriger»

Scrutée de toutes parts, la démocrate souffre d’un manque de préparation et se sent mise à l’écart par l’équipe du président. D’après la chaîne américaine, Kamala Harris a elle-même confié à des proches qu’elle se sentait limitée dans ce qu’elle pouvait faire politiquement. Elle aurait notamment regretté de ne pas avoir joué un rôle plus important auprès de Biden concernant le retrait d’Afghanistan. «Ceux d’entre nous qui la connaissent savent combien elle peut être plus utile que ce qu’on lui demande actuellement. C’est de là que vient la frustration», confie Eleni Kounalakis, lieutenant-gouverneure de Californie.

Chez les partisans de Kamala Harris, c’est panique à bord: ils voient sa cote de popularité chuter encore plus bas que celle de Joe Biden, et la base du parti semble commencer à la lâcher. «Kamala Harris est une leader mais elle n’est pas mise en position de diriger. Cela n’a pas de sens. Nous devons penser à long terme, et nous devons faire ce qui est le mieux pour le parti. Vous devriez la mettre en position de réussir, plutôt que de lui mettre des poids sur les épaules», a déclaré un grand donateur, interpellant Joe Biden.

Trouver des moyens pour qu’elle soit plus impliquée

L’aile ouest, de son côté, n’a pas l’air de vouloir voler à la rescousse de l’équipe de Kamala Harris. Les collaborateurs de Biden ont demandé à plusieurs reprises à ceux de la vice-présidente de trouver des moyens pour qu’elle soit plus impliquée. Bien que les deux équipes se téléphonent plusieurs fois par semaine, les collaborateurs de la Maison-Blanche se demandent souvent pourquoi il n’y a pas plus de suivi.

Quoi qu’il en soit, les assistants de Biden ont clairement indiqué qu’ils se focalisaient sur la promotion et la protection du président, d’autant plus que sa cote de popularité jouera un rôle déterminant pour les élections de mi-mandat de 2022 et son éventuelle réélection en 2024.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion