Crise en Egypte – La tension reste vive au centre du Caire

Publié

Crise en EgypteLa tension reste vive au centre du Caire

Quatre personnes ont été tuées jeudi matin par des tirs visant des manifestants hostiles au président Hosni Moubarak sur la place Tahrir, dans le centre du Caire.

Ce bilan s'ajoute à au moins 300 morts tombés pendant la première semaine de manifestations lancées le 25 janvier pour réclamer le départ du président égyptien Hosni Moubarak, selon un bilan non confirmé de l'ONU. «On a eu quatre morts ici dont un atteint par balle en plein front», a déclaré jeudi matin le docteur Mohamed Ismaïl, depuis un hôpital de campagne monté sur une place adjacente à la place Tahrir.

«La plupart des victimes sont arrivées ces trois dernières heures, beaucoup avec des blessures par balles», avait-il ajouté, estimant le nombre total de blessés depuis mercredi à plus d'un millier. Selon des témoins, des tirs en provenance du pont d'Octobre, où sont positionnés les partisans du président Hosni Moubarak, ont fait de nombreux blessés.

Blessées par des jets de pierre

Les tirs, sporadiques, ont commencé à se faire entendre vers 4h et étaient toujours entendus une heure plus tard. Ce bilan s'ajoute aux trois personnes tuées mercredi place Tahrir, cœur de la contestation contre le président égyptien depuis neuf jours, qui s'était transformée en champ de bataille entre pro et anti Hosni Moubarak.

Selon le ministère de la Santé, cité par la télévision d'État, trois personnes, dont un appelé de l'armée, ont été tuées et plus 639 ont été blessées, la plupart par des jets de pierre, dans les affrontements de mercredi. Les heurts ont été d'une extrême violence, à coups de pierres, de bâtons, de barres de fer et parfois de couteaux. Selon un bilan non confirmé de l'ONU, les heurts de la première semaine de contestation ont fait au moins 300 morts et plusieurs milliers de blessés.

Les cocktails molotov pleuvent, le Musée du Caire aurait été touché

Véhicules militaires déployés

Les partisans de Moubarak chargent à dos de cheval ou de chameau

Vue aérienne au même moment

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion